Khadija Sambe, première surfeuse professionnelle sénégalaise

Franceinfo

Khadija "Khajdou" Sambe est la première Sénégalaise surfeuse professionnelle. Retour sur son parcours. 

Khadija Sambe a grandi entre un village de pêcheurs et N'Gor, une île de surfeurs près de Dakar. "Souvent je passais avec mon kayak à côté des surfeurs. Je voyais tous ces surfeurs et je me disais 'Mais où sont les filles qui surfent ?'", relate la sportive professionnelle.

A l'age de 13 ans elle se lance contre l'avis de ses parents et de sa communauté. Traditionnellement, les femmes sont à la maison et les sports sont réservés aux hommes. Alors elle se rend en cachette à la plage et surfe tous les jours, jusqu'à s'affirmer dans ce milieu masculin. "Quand tu es dans l'eau, tu oublies tous tes problèmes. Tu penses que tu es dans un autre monde, dans un endroit extraordinaire", explique-t-elle. 

Un objectif : les Jeux Olympiques

La jeune femme devient finalement entraîneuse dans un club de Dakar. C'est là qu'elle est repérée par la Californienne Rhonda Harper, la fondatrice de "Black girls surf", qui milite pour que les femmes noires soient mieux représentées dans le surf de compétition. "Pour les jeunes filles qui commencent à surferje leur conseille de ne pas écouter les personnes qui leur disent d'arrêter ou de rester à la maison. C'est quelque chose d'arriéré", suggère la jeune femme. 

Ensemble, Khadija Sambe et Rhonda Harper ont fondé une école de surf pour les filles de Dakar, et recrutent aujourd'hui d'autres femmes africaines pour se présenter aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. 

Vous êtes à nouveau en ligne