"Daan Corona", l’hymne "guerrier" des artistes sénégalais contre le Covid-19

Une affiche reprenant les gestes barrière pour lutter contre le Covid-19 dans la capitale sénégalaise, Dakar. 
Une affiche reprenant les gestes barrière pour lutter contre le Covid-19 dans la capitale sénégalaise, Dakar.  (SADAK SOUICI / ANADOLU AGENCY)

Une chanson pour bouter le virus hors du Sénégal réunit les artistes des cultures urbaines autour du rappeur Didier Awadi et de la star sénégalaise Youssou N'Dour. 

Daan Corona – qui peut être traduit du wolof par "Vaincre le corona" – est le nouveau cri de guerre lancé par les artistes sénégalais contre le nouveau coronavirus. Une vingtaine d'entre eux dont Didier Awadi, Youssou N’Dour, Matador, Idrissa Diop, Viviane, OMG et plusieurs grands noms de la scène musicale urbaine sénégalaise ont produit une chanson qui fait le tour de la Toile depuis le 13 avril 2020.

"C’est notre devoir"

"Il y a quelques semaines, nous (les artistes des cultures urbaines) avons eu une audience avec le chef de l'Etat (Macky Sall, NDLR). Il voulait nous informer de ce qu’il se passe par rapport au Covid-19 et de tout ce qu'il allait entreprendre. De notre côté, nous lui avons confié que nous avions déjà commencé à titre individuel des opérations et, qu’à titre collectif, nous allions faire un gros morceau pour aider à la sensibilisation. C'est notre devoir aussi", explique à franceinfo Afrique le rappeur et activiste Didier Awadi qui a assuré la coordination et la direction artistique du projet musical.

"Nous avons appelé tout le monde, poursuit-il. Mais nous ne nous sommes pas limités au monde des cultures urbaines. Nous avons élargi au grand-frère Youssour N’Dour, à une grande chanteuse comme Viviane… Tout le monde a compris qu’il fallait s’engager pour le pays et tout le monde a donné de sa voix." 

En tant que musiciens des cultures urbaines, "nous savons très bien que nous avons un impact sur les jeunes, note Didier Awadi. C'est notre première cible. Mais au-delà, ce morceau doit sensibiliser tout le monde, d'où la participation de Viviane, de Youssou N’Dour et d’Idrissa Diop. Ces artistes touchent d’autres générations. Il fallait toucher tout le monde, parce que personne n’est à l’abri de la maladie."

Daan Corona, dont le titre est inspiré d'un terme guerrier appartenant au domaine de la lutte (un sport très populaire au Sénégal), revient sur les gestes barrières et prône, entre autres, l’unité nationale pour combattre la maladie. "Il y a beaucoup de messages d’espoir. La chanson est très positive", souligne Didier Awadi.

DIDIER AWADI

Sur un air signé Youssou N’Dour

"Nous nous sommes appuyés sur une musique de Youssou N’Dour –  Xaley (Rewmi) –  qu’on a remixée. A distance, j’ai travaillé sur la musique avec l’un de mes beatmakers qui est à Bamako (la capitale malienne, NDLR). Quand on l'a eue, la musique a été envoyée à tout le monde. Chaque artiste est ensuite passé poser sa voix (dans les locaux du Studio Sankara créé par Didier Awadi, NDLR) à des heures différentes. Nous avons désinfecté les micros derrière et on a fait notre opération."

La démarche a été bénévole pour les artistes réunis pour ce single : "Personne n'a reçu un franc pour faire cette chanson", précise Didier Awadi. Les recettes de la vente de ce single, disponible à partir du 16 avril, iront au ministère sénégalais de la Santé.

Le clip a été réalisé en "6-7 jours", en même temps que l’enregistrement de la chanson fait sous la contrainte d’un couvre-feu fixé à 20h (GMT, heure locale) pour les Dakarois, dont les mouvements sont limités comme beaucoup avec la pandémie liée au Covid-19.

Au Sénégal, raconte Didier Awadi à propos du nouveau quotidien de ses compatriotes, "les gens font attention, les distances sont respectées, les masques sont portés, on prend la température des gens quand ils rentrent dans des espaces publics. Les gestes barrières sont globalement respectés. En même temps, ce n'est pas du 100% parce qu'il y a des personnes qui ne peuvent pas s’acheter un masque. Et le musicien d'ajouter avec un sourire dans la voix et une pointe d'admiration : "Néanmoins, et c’est intéressant, les gens ont été très créatifs. Chacun essaie de créer son masque et, avec 200 FCFA (environ 30 centimes d'euros), on en a un dans la rue. Cela montre qu'on peut être créatif en temps de crise."

Tous les moyens sont bons pour se protéger du virus, y compris la chanson. Cette initiative musicale sénégalaise n’est pas inédite. Depuis le début de la pandémie, les artistes africains se mobilisent partout sur le continent pour relayer les messages de sensibilisation contre le Covid-19.

Vous êtes à nouveau en ligne