Afrique du Sud: le radiotélescope géant MeerKAT inauguré dans le désert du Karoo

Le 13 juillet 2018, l\'Afrique du Sud a dévoilé le radiotélescope MeerKAT, réseau de 64 antennes installées dans le désert du Karoo.
Le 13 juillet 2018, l'Afrique du Sud a dévoilé le radiotélescope MeerKAT, réseau de 64 antennes installées dans le désert du Karoo. (MUJAHID SAFODIEN / AFP)

Désert du Karoo, Afrique du Sud, le 13 juillet 2018. Le premier élément d'un super-radiotélescope géant vient d’être inauguré. Son nom : MeerKAT. Il fait partie d'un réseau de paraboles installées sur deux continents, Afrique et Océanie.


Inauguré le 13 juillet 2018 dans le désert du Karoo, au sud-ouest de l’Afrique du Sud, MeerKAT est un radiotélescope géant composé de 64 paraboles de 13,5 mètres de diamètres, reliées entre elles et installées au Botswana, Ghana, Kenya, Madagascar, Maurice, Mozambique, Namibie et Zambie ainsi qu'en Australie.

Pour la conception et la réalisation de ce radiotélescope, l'Afrique du Sud a dépensé quelque 205 millions d'euros, provenant de fonds publics essentiellement.

Plus de 200 scientifiques, ingénieurs et techniciens ont participé à la fabrication du MeerKAT qui, couplé à un télescope optique (MeerLICHT) installé à quelque 200 kilomètres de là, au nord-est, croisera des sons et des images entendus et observés dans le cosmos.

Télescope MeerLICHT, situé à 200 kilomètres du radiotélescope MeerKAT.
Télescope MeerLICHT, situé à 200 kilomètres du radiotélescope MeerKAT. (MUJAHID SAFODIEN / AFP)

Bien qu’au minimum de ses capacités en juillet 2016, MeerKAT avait livré des images d’un millier de galaxies, là où seulement 70 galaxies avaient auparavant été détectées.

Ce système complexe fait lui-même partie d’un projet de super-radiotélescope baptisé SKA (Square Kilometre Array), ensemble modulaire de quelque 3000 antennes, installées sur des sites distants parfois de milliers de kilomètres, qui devrait être totalement opérationnel en 2030.

Mis sur pied par plusieurs consortiums scientifiques internationaux, SKA, qui est dirigé par le physicien et astronome britannique Phil Diamond, est un partenariat entre l’Afrique et l'Australie, mais aussi le Canada, la Chine, l'Inde, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, la Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Ses formidables capacités donnent aux scientifiques la possibilité d’étudier certains phénomènes cosmiques – supernova, trous noirs –, de mieux comprendre l’expansion de l’univers et de remonter aux premières traces du big bang, il y a plus de 13 milliards d'années.
Vous êtes à nouveau en ligne