Côte d’Ivoire : la mort du directeur français du Novotel d'Abidjan confirmée

(Radio France © France Info)

Stéphane Frantz di Rippel avait été enlevé le 4 avril dernier, avec un autre homme d'affaires français, par plusieurs dizaines d’hommes armés, pour avoir notamment voulu protéger des journalistes hébergés au Novotel. La juge d'instruction parisienne chargée de l'enquête a confirmé sa mort ce soir. Mais on ignore si cette annonce a un lien direct avec la découverte hier de deux corps dans la lagune d'Abidjan.

Deux mois après son enlèvement à Abidjan, la justice française confirme la mort -redoutée depuis le rapt- de Stéphane Frantz di Rippel. Le directeur général de l’hôtel Novotel, emmené le 4 avril vraisemblablement par des militants pro-Gbagbo, avec le président du groupe agroalimentaire Sifca, Yves Lambelin, n’avait plus donné signe de vie depuis.

Hier, deux corps avaient été retrouvés à Abidjan dans la lagune, puis soumis à des analyses d'identification. Mais le Quai d'Orsay n'a pas confirmé qu'il s'agissait bien des dépouilles des deux Français.

Les deux hommes avaient été enlevés en compagnie d’un Béninois et d’un Malaisien dans l’enceinte de l’hôtel Novotel. Un kidnapping mené par des dizaines d’hommes en tenue militaire alors qu’Abidjan était encore au cœur des combats entre les forces du président sortant Laurent Gbagbo et celles d’Alassane Ouattara.

Les individus armés avaient déclaré chercher "les Blancs", étaient monté dans le bureau du directeur de l'hôtel. Celui-ci avait alors nié héberger des journalistes occidentaux, alors que plusieurs reporters étaient effectivement enregistrés dans l'hôtel et s'étaient réfugiés dans des chambres au 8e étage, dont le reporter de France Info Grégory Philipps. C'est ainsi sans doute pour avoir voulu les protéger qu'il a été emmené. Lire notre article précédent.

La semaine dernière, le nouveau chef d’État ivoirien avait accusé le président déchu d’être à l’origine du rapt. "Ils ont apparemment été amenés à la présidence de la République. Après nous avons perdu leur trace ", avait expliqué Alassane Ouattara en précisant que "certaines personnes avaient été arrêtées" .
_ Sa famille n'avait depuis ce jour plus grand espoir de revoir vivant Stéphane Frantz di Rippel.

Cécile Quéguiner, Antoine Krempf avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne