Côte d’Ivoire : des pro-Gbagbo massacrent 220 civils, selon le gouvernement Ouattara

(Radio France © France Info)

Quelque 220 civils auraient été tués dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire par des mercenaires libériens et des miliciens fidèles au président déchu Laurent Gbagbo, selon le gouvernement d’Alassane Ouattara. Les auteurs de ces exactions venaient d’être chassés d’Abidjan.

La politique de la terre brûlée ?
_ Après avoir été chassés début mai de leur bastion de Yopougon, dans les quartiers ouest de la capitale ivoirienne, des miliciens fidèles au président déchu Laurent Gbagbo et des mercenaires libériens auraient commis des "atrocités" dans le sud-ouest du pays.

Dans leur fuite, ils auraient massacré femmes, hommes et enfants qu'ils rencontraient. En tout, quelque 220 civils auraient été massacrés, selon un porte-parole du gouvernement d'Alassane Ouattara.

Il y a quelques jours, un premier bilan faisant état de 120 personnes tuées, avait été donné par le ministère ivoirien de la Défense.

Dans les premiers jours de mai, la Croix-Rouge a ramassé des dizaines de corps dans ce quartier, où les habitaient se terraient chez eux.
_ Les représentants de l'ONU ont découvert dix fosses communes renfermant près de 70 corps.

L'ex-président Laurent Gbagbo a été arrêté le 11 avril. Et doit être traduit en justice dans son pays. Il est pour l'instant sous la protection des Nations Unies.

Gilles Halais, avec agences

Vous êtes à nouveau en ligne