Côte d'Ivoire : un accord trouvé entre mutins et gouvernement après une nouvelle journée de tension

Des mutins dans les rues de Bouake (Côte d\'Ivoire), vendredi 13 janvier 2017.
Des mutins dans les rues de Bouake (Côte d'Ivoire), vendredi 13 janvier 2017. (SIA KAMBOU / AFP)

Les mutins ont finalement obtenu le versement d'une prime de plus de 7 600 euros. 

Le retour au calme est espéré en Côte d'Ivoire, après qu'un accord final a été trouvé, vendredi soir 13 janvier, entre des militaires mutins et le gouvernement ivoirien. Un espoir négocié au terme d'une journée de tension émaillée de tirs dans des casernes à travers le pays. 

"Un accord a été trouvé à Bouaké entre le chef d'état-major, le ministre de la Défense et les militaires" mutins, a affirmé une source proche de la présidence à l'AFP. Sur place, les militaires mutins ont laissé éclater leur joie. "Nous sommes contents. On a trouvé un accord", ont affirmé plusieurs soldats à l'AFP, sans vouloir révéler le contenu de celui-ci.

Une prime de 5 millions de francs CFA (7 622 euros)

"Les militaires ont accepté de rentrer dans les casernes et les tirs ont cessé pour cette raison à Bouaké", a confirmé une source locale dans la deuxième ville du pays, épicentre de la crise, où avaient lieu les négociations entre les mutins et le ministre de la défense Alain-Richard Donwahi. Selon cette source, les mutins ont obtenu une prime de 5 millions de francs CFA (7 622 euros).

Les soldats s'étaient rebellés la semaine dernière à Bouaké et le mouvement avait fait tache d'huile, avec des tirs de solidarité dans le pays. La même situation s'est reproduite vendredi alors que le ministre s'était rendu à Bouaké pour finaliser un accord annoncé samedi dernier. Mais les discussion se sont avérées plus complexes que prévues et le ministre, arrivé sur place à 14 heures, n'est sorti de la table de négociations que vers 22 heures.