Du Congo à la Grèce, parcours d'un migrant devenu basketteur à Thessalonique

Christ Wamba a fui les violences et la pauvreté de son pays, le Congo, avec rien d'autre que son ballon et ses vêtements de rechange. Aujourd'hui, alors qu’il n’a pas encore 18 ans, il s'entraîne dans un club de basketball professionnel en Grèce.

12 photos d’Alkis Konstantinidis de l'agence Reuters illustrent ce propos.

112
Christ Wamba Bouassou Joachim Mossai Fidele est né au Congo, un pays en proie à la pauvreté et à l’endettement malgré ses richesses pétrolières. Pour passer le temps, comme tous les jeunes de son pays, il joue au ballon. Mais trop grand pour le football avec ses deux mètres de hauteur, il décide de se tourner vers le basket. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
212
Christ Wamba achète son premier ballon et se forme en regardant des vidéos de la NBA (la principale ligue de basketball au monde), en essayant d’imiter ses idoles, Kevin Durant et Kobe Bryant. «Je n'avais pas de chaussures pour jouer. (…) J'ai joué avec des tongs. Parfois avec rien, sans chaussures, seulement avec mes jambes, parfois il y avait du sang», raconte-t-il au journaliste de Reuters. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
312
En 2015, Christ Wamba participe à des manifestations dans la capitale Brazzaville pour contester un référendum devant permettre la suppression de la limitation du mandat présidentiel (Denis Sassou Nguesso a pu ainsi se représenter et il sera réélu à la tête de l’Etat le 20 mars 2016). De nombreuses personnes sont arrêtées et des dizaines de militants sont toujours en prison, a déclaré Amnesty International en mars 2018. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
412
Après avoir été emprisonné pendant plusieurs jours, Christ Wamba est libéré. Mais il craint pour sa sécurité et décide de fuir le pays. Il emporte avec lui son précieux ballon. Il suit une route bien balisée vers le nord de l'Afrique subsaharienne. Puis il traverse ensuite la Méditerranée vers la Turquie, où il passe des mois à collecter les fonds nécessaires pour payer un passeur pour se rendre en Grèce en bateau. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
512
«C'était la nuit. Nous ne connaissions pas le chemin. Nous avons passé quatre heures dans la mer... L'eau était si froide en mars. Vous ne pouvez pas bouger (dans le bateau). Si vous vous déplacez, les gens crient: ‘’Hé, vous voulez que les gens meurent?’’» Alors qu’il traverse la mer Egée, il est recueilli par des garde-côtes grecs et déposé sur l’île de Lesbos en mars 2016. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
612
Wamba a 17 ans. Il ne porte sur lui qu’une veste de sport, un survêtement et un bonnet. Il est emmené à Moria, le plus grand camp de migrants de Grèce. Ses perspectives d’avenir, à l'instar de milliers de demandeurs d'asile qui croupissent sur les îles grecques, sont faibles. Il saute des repas pour pratiquer sept heures de sport par jour. Il parcourt souvent 20 km pour trouver un terrain de basket. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
712
Après des mois passé à Lesbos, il crée un profil sur Athlenda, une plateforme décrite par son fondateur Lazaros Papadopoulos, ancien joueur de l'équipe nationale grecque, comme le «LinkedIn des athlètes», où joueurs, entraîneurs, clubs et jeunes se retrouvent. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
812
Il est rapidement repéré par Aris, l’équipe basée à Thessalonique du célèbre basketteur grec Nick Galis, membre du Hall of Famer, panthéon du basket-ball américain et mondial. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
912
«Je l'ai aimé dès le premier instant parce que j'ai vu sa passion. Et quand je vois un talent, un gamin qui essaie de faire tout ce qu'il faut pour jouer, je ne pouvais pas ne pas être ému. (…) Il a toutes les qualités pour réussir», déclare Papadopoulos, son mentor. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
1012
«Il est très coopératif, c'est un super gamin et il mérite d’avoir sa chance. Nous sommes heureux de l'avoir», ajoute l'entraîneur d'Aris, Vangelis Angelou. «L’équipe envisage même de l’accepter comme joueur étranger», précise-t-il. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
1112
Aujourd’hui, il fait partie d’un des plus grands clubs du pays, mais il attend toujours que sa demande d'asile soit traitée. Depuis juin 2018, il joue sous les couleurs d'Aris en tant qu’arrière et ailier. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
1212
De retour dans sa petite chambre fournie par une agence des Nations Unies à Thessalonique, Wamba rêve de rejoindre la NBA. «J'essaie d'être le meilleur. Peut-être qu'un jour, ils penseront à moi», dit-il en jouant avec son ballon. ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS
Vous êtes à nouveau en ligne