Chantage présumé contre le roi du Maroc : des enregistrements accablants pour les deux journalistes français

L\'affaire du chantage présumé contre le roi du Maroc par deux journalistes français fait la une des journaux, à Rabat, au Maroc, le 29 août 2015. 
L'affaire du chantage présumé contre le roi du Maroc par deux journalistes français fait la une des journaux, à Rabat, au Maroc, le 29 août 2015.  (FADEL SENNA / AFP)

Le "JDD" publie des extraits des enregistrements clandestins réalisés par l'avocat du royaume lors de ses rencontres avec Eric Laurent et Catherine Graciet. 

"Je veux trois...trois millions d'euros". C'est ce qu'aurait déclaré Eric Laurent, l'un des deux journalistes français soupçonnés d'avoir fait chanter le royaume du Maroc en échange de la non publication d'un livre à charge, dans des enregistrements clandestins révélés dimanche 30 août par Le JDD. Ces enregistrements ont été réalisés avec l'iPhone de l'avocat du royaume, chargé de négocier la transaction présumée. La première conversation se tient au bar de l'hôtel Royal Monceau à Paris, le 11 août. 

- Eric Laurent : "Je veux trois.

- L'avocat : Trois quoi, Trois mille ?

-  Non, trois millions.

- Trois millions de dirhams ?

- Non, trois millions d'euros."

Le Maroc porte plainte après cette première rencontre. La deuxième, le 21 août, se fait sous la surveillance de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), mais c'est toujours l'avocat marocain qui effectue les enregistrements à l'insu des journalistes. On l'entend résumer la situation.

"Une avance" en "petites coupures"

- L'avocat : "Vous et madame Graciet, [êtes] disposés à renoncer à la publication de cet ouvrage, et de façon plus générale, [que] les informations sensibles que vous avez, vous étiez disposés à prendre l'engagement de les oublier".

- Eric Laurent : Définitivement, exactement."

A la demande de l'avocat, le journaliste assure que sa co-auteure, Catherine Graciet, sait pour "les trois millions". L'hebdomadaire évoque ensuite la troisième rencontre, en date du 27 août, et la méfiance de la journaliste, présente pour la première fois. Elle fait changer le lieu de rendez-vous et demande à l'avocat de ranger son téléphone, alors posé sur la table. Du coup, la conversation est moins "nette", selon le JDD. Mais on entend les journalistes, affirme le journal, imaginer la création d'un trust à l'étranger pour toucher les fonds et négocier "une avance" en "petites coupures, pas de billets de 500 euros"

Pendant que l'avocat s'absente pour aller "discuter avec son client" par téléphone - en réalité, il rejoint les policiers, qui surveillent et enregistrent la conversation -, les deux journalistes écrivent une lettre que s'est procurée le JDD. Ils s'yengagent à "'ne plus rien écrire' sur le roi du Maroc, en contrepartie du versement de la somme de deux millions d'euros". L'avocat revient et leur remet une enveloppe de 40 000 euros chacun.

"Un contexte personnel difficile"

A leur sortie du palace où a lieu la réunion, les deux journalistes sont interpellés. Il ont été mis en examen dans la nuit de vendredi à samedi pour chantage et extorsion de fonds et laissés libres sous contrôle judiciaire.

"C'est précisément l'avocat mandaté par le roi qui piège les journalistes par des enregistrements sauvages", dénonce le conseil de Catherine Graciet. "Un traquenard", résume William Bourdon, qui dénonce une "opération politique" de Rabat contre deux journalistes critiques, "dont l'enquête est de nature à révéler de lourds secrets". Quant au journaliste Éric Laurent, il reconnaît avoir cherché un "accord financier" avec Rabat autour de son livre, "pour des raisons qui tiennent à un contexte personnel difficile". Il réfute toutefois tout chantage ou extorsion de fonds. 

Vous êtes à nouveau en ligne