VIDEO. La mission en Centrafrique "dangereuse" mais "nécessaire", estime Hollande

FRANCE TELEVISIONS

A peine arrivé à Bangui, le président français s'est recueilli dans la soirée devant la dépouille des deux soldats tués la veille dans la capitale centrafricaine.

"L’émotion, elle est évidente après ce qui s'est produit", a répondu François Hollande aux questions des journalistes à son arrivée à Bangui, capitale de la Centrafrique, quelques heures après la mort de deux soldats français sur le terrain.

"La mission est la même, elle est dangereuse, on le savait, mais elle est nécessaire si on veut éviter qu'il se produise ici un carnage", a ajouté le président de la République sur le tarmac de l'aéroport de Bangui. A peine arrivé, le chef de l'Etat s'est recueilli dans la soirée devant la dépouille des deux soldats tués la veille dans la capitale centrafricaine au cours des opérations de désarmement des groupes armés. "Il était temps d'agir (...) Ici même à Bangui près de 400 personnes ont été tuées. Il n'était plus le temps de tergiverser", a déclaré le président de le République devant les troupes françaises,. Il arrivait d'Afrique du Sud où il avait assisté à la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela.

Vous êtes à nouveau en ligne