VIDEO. Centrafrique : "Rien n'a été réglé", selon Eric Woerth

Cette vidéo n'est plus disponible

Alors que le Parlement s'apprête à voter la prolongation de l'opération française en Centrafrique, l'ancien ministre estime que la situation du pays reste critique et que la France doit trouver des appuis internationaux.

L'ancien ministre UMP Eric Woerth a assuré mardi 25 février qu'en Centrafrique, "rien n'a été réglé". Alors que le Parlement s'apprête à voter la prolongation de l'opération Sangaris, le député-maire UMP de Chantilly a estimé, sur i-Télé, qu'"on ne peut pas faire autrement, évidemment qu'il faut prolonger le mandat des militaires".

Mais "rien n'a été réglé, le pays est toujours à feu et à sang", a déclaré l'ancien ministre du Budget. "On a évité un bain de sang, un massacre", mais "il n'y a pas d'Etat, aucun Etat : pas de justice, pas de police, pas d'école, plus rien". "La France ne peut pas porter ça toute seule", a poursuivi Eric Woerth. Il faut donc "faire de la diplomatie, aller partout pour demander plus de soldats et un cadre clair de négociation et reconstruction de l'Etat centrafricain".

Vous êtes à nouveau en ligne