Centrafrique : "On a évité le pire, mais on est loin du compte", estime Le Drian

Un soldat français en patrouille à Bangui (Centrafrique), le 30 janvier 2014.
Un soldat français en patrouille à Bangui (Centrafrique), le 30 janvier 2014. (ISSOUF SANOGO / AFP)

Le ministre de la Défense juge "vraisemblable la prolongation du mandat de l'armée française par l'ONU.

"On revient de très loin, on a évité le pire" en Centrafrique, estime le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Interrogé sur RTL, jeudi 6 février, au sujet de l'intervention en Centrafrique, il a jugé "vraisemblable" la prolongation du mandat de l'armée française par l'ONU, au-delà de la période initiale de six mois. Le ministre estime que la situation est "stabilisée" à Bangui, malgré les exactions qui persistent, mais que "le compte n'y est pas", dans le reste du pays.

La France attend désormais l'arrivée d'une force européenne et souhaite préparer la prochaine élection. "Il faudra une mission des Nations unies, elles-mêmes, c'est-à-dire que les Casques bleus viennent, sinon ce pays, qui est soumis à des atrocités régulières, risque de tomber dans le chaos", ajoute Jean-Yves Le Drian, qui estime toutefois que "la situation s'améliore de jour en jour".

Vous êtes à nouveau en ligne