VIDEO. Camille Lepage "faisait un travail de fond sur un pays qui la touchait beaucoup"

Au soir de la découverte du corps d'une jeune journaliste française assassinée en Centrafrique, la réaction du président Hollande et celle de l'agence pour laquelle travaillait Camille Lepage.

Mardi 13 mai au matin, près de la ville de Bouar, en Centrafrique, une patrouille de la force française Sangaris contrôle un pick-up avec dix hommes armés. A l'intérieur, cinq corps, dont celui d'une jeune journaliste française de 26 ans. Dans son dernier tweet, il y a une semaine, Camille Lepage disait voyager avec des anti-balaka, milices chrétiennes d'autodéfense.

L'agence photo pour qui elle travaillait n'avait pas de nouvelles d'elle depuis trois semaines. Lorenzo Virgili, directeur du studio Hans Lucas, décrit "quelqu'un qui d'extrêmement rigoureux, pas du tout une casse-cou, qui faisait un reportage de fond sur un pays qui la touchait beaucoup".

En voyage officiel en Géorgie, François Hollande a immédiatement réagi. "Cette jeune femme qui faisait son travail de journaliste en République centrafricaine a été assassinée. Par qui ? Nous ne le savons pas encore." Le Président a demandé l'envoi immédiat d'une équipe des forces françaises pour permettre de "retrouver les assassins et les punir".

Vous êtes à nouveau en ligne