Centrafrique : des soldats du Tchad et de Guinée équatoriale également accusés d'abus sexuels

Des soldats de l\'opération Sangaris en Centrafrique, le 11 février 2014.
Des soldats de l'opération Sangaris en Centrafrique, le 11 février 2014. (NURPHOTO / AFP)

Un rapport confidentiel de l'ONU, dévoilé mercredi, faisait déjà état de viols commis entre décembre 2013 et juin 2014 sur des enfants par des militaires français.

L'affaire d'abus sexuels sur des mineurs de la part de militaires étrangers en Centrafrique prend encore de l'ampleur, jeudi 30 avril. Après les soldats français, ce sont des Tchadiens et des Equato-guinéens qui sont pointés du doigt dans un rapport de l'ONU, révèle une ONG américaine.

 Il s'agit de trois soldats tchadiens et deux équato-guinéens, selon la co-directrice de l'ONG américaine Aids-Free World, Paula Donovan, qui a consulté le rapport et l'a communiqué au journal britannique The Guardian. 

Quatorze miliaires français mis en cause. Une petite minorité d'entre eux a été identifiée dans l'enquête conduite par le parquet de Paris. 

Des extraits du rapport de l'ONU révélés. La journaliste du Guardian a lu des extraits du récit d'un enfant de 11 ans. Il explique qu'un soldat français lui a demandé de lui faire "une fellation" contre des biscuits.

La FIDH a dénoncé la responsabilité de l'ONU, après les révélations du Guardian (en anglais). La Fédération internationale des droits de l'homme estime que l'ONU "étouffe fréquemment certains crimes" et fustige la suspension du fonctionnaire qui a révélé les accusations de viols d'enfants. Les Nations unies ont ouvert une enquête au printemps 2014.

François Hollande promet d'être "implacable""Si certains militaires se sont mal comportés, je serai implacable", a prévenu le chef de l'Etat.

 

23h59 : Des soldats français auraient commis des abus sexuels sur des enfants en Centrafrique. C'est l'accusation portée par un rapport confidentiel de l'ONU, que s'est procuré le Guardian. Le blog Le bureau de Londres a rencontré la journaliste britannique à l'origine de ces révélations, qui revient sur les témoignages de certains de ces enfants.

21h26 : Sur le site de l'aéroport de M'Poko, à Bangui (Centrafrique), des mères de familles qui vivent dans le camp ne sont pas surprises par les accusations de viols pesant contre des militaires français. Deux femmes parlent d'actes pédophiles, orchestrés par des soldats étrangers sur le site avec "des enfants de 13 ans à 14 ans, jusqu'à 16 ans".

(REUTERS)

20h06 : Trois soldats du Tchad et deux de Guinée Equatoriale sont également accusés d'abus sexuels sur des enfants en Centrafrique, où des militaires français sont déjà mis en cause, selon l'ONG américaine Aids-Free World. La directrice de l'organisation, Paula Donovan, a consulté le rapport de l'ONU qui les incrimine et l'a remis au quotidien britannique The Guardian.

19h26 : Des soldats du Tchad et de Guinée équatoriale sont également accusés d'abus sexuels, selon une ONG.

19h02 : Chaque année, des dizaines de cas de violences sexuelles, commises par des soldats intervenant sous mandat national ou de l'ONU, sont dénoncés dans les zones de conflit. En 2014, le nombre d'accusations officiellement recensées chez les Casques bleus s'est élevé à 51, selon un rapport annuel de l'ONU. Ces affaires donnent-elles lieu à des sanctions exemplaires ? Notre journaliste Yann Thompson revient sur plusieurs précédents, rarement sanctionnés.

17h31 : Le scandale a été ébruité grâce à lui. Contre l'avis de sa hiérarchie, c'est un cadre de l'ONU, Anders Kompass, qui a alerté les autorités françaises des soupçons de viol pesant sur certains de ses soldats. Francetv info se penche sur ce "lanceur d'alerte" en trois questions.



(FATIH EREL / ANADOLU AGENCY / AFP)

Vous êtes à nouveau en ligne