DIRECT. Centrafrique : au moins 394 morts depuis jeudi

Une patrouille de l\'armée française à Bangui, capitale de la Centrafrique, le 7 décembre 2013.
Une patrouille de l'armée française à Bangui, capitale de la Centrafrique, le 7 décembre 2013. (SIA KAMBOU / AFP)

L'armée française a lancé l'opération Sangaris. Suivez ici l'évolution de la situation en direct.

L'opération Sangaris, qui prévoit le renforcement de la présence militaire française en Centrafrique, a débuté. Tandis que les renforts militaires français sont arrivés, la Croix-rouge compte encore, samedi 7 décembre, les victimes des violences, à Bangui, la capitale. Francetv info suit l'évolution de la situation en direct.

Les renforts français sont arrivés. L'opération Sangaris, officiellement déclenchée jeudi soir, après le feu vert de l'ONU, mobilise actuellement 1 200 hommes, le niveau initialement prévu par Paris. Mais samedi, François Hollande a annoncé que le contingent atteindrait finalement 1 600 hommes dans la soirée. La force africaine, actuellement composée de 2 500 soldats, va être portée à 6 000 hommes.

Patrouilles à Bangui et missions de reconnaissance à l'extérieur. Selon l'état-major, la densité des patrouilles françaises, à pied ou motorisées, a été multipliée par trois ces dernières heures sur les principaux axes, mais aussi des voies secondaires de la capitale. Les forces françaises ont aussi entamé des missions de reconnaissance vers l'est et le nord du pays. Enfin, François Hollande a annoncé que les troupes avaient également pour mission de "désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations".

Près de 400 morts à Bangui. Depuis le début des violences jeudi, la Croix-rouge centrafricaine ramasse les cadavres abandonnés dans la ville. L'organisation a comptabilisé 394 corps dans les morgues, les lieux de culte et les rues de Bangui.

Pour comprendre la situation en République centrafricaine. Francetv info répond aux neuf questions que vous n'osez pas poser. Vous pouvez aussi lire l'analyse de Pierre Servent, expert en stratégie militaire, qui estime que "la France devra rester longtemps", pour stabiliser la situation dans le pays.

Vous êtes à nouveau en ligne