"Abjects" : tollé au Portugal après des propos xénophobes contre une députée d'origine africaine

Le député d\'extrême droite André Ventura ( à gauche) et la parlementaire de gauche Joacine Katar Moreira (à droite) lors d\'un débat sur le bugdet de l\'Etat  2020 au parlement portugais à Lisbonne.
Le député d'extrême droite André Ventura ( à gauche) et la parlementaire de gauche Joacine Katar Moreira (à droite) lors d'un débat sur le bugdet de l'Etat  2020 au parlement portugais à Lisbonne. (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)

Le député d’extrême droite, André Ventura, a provoqué un tollé en proposant qu’une parlementaire noire soit renvoyée dans son pays d’origine en Afrique de l’Ouest.

Le chef du parti populiste et anti-système Chega, André Ventura, n’y est pas allé par quatre chemins. Il a proposé sur sa page Facebook que la députée Joacine Katar Moreira "soit rendue à son pays d’origine", la Guinée Bissau. "Ce serait mieux pour tout le monde", a-t-il estimé. Il reproche à la parlementaire noire d’avoir défendu la restitution d’œuvres d’art à d’anciennes colonies.

Eu proponho que a própria deputada Joacine seja devolvida ao seu país de origem. Seria muito mais tranquilo para todos... inclusivamente para o seu partido! Mas sobretudo para Portugal!

Publiée par André Ventura sur Mardi 28 janvier 2020

(Je propose que la députée Joacine soit renvoyée dans son pays d'origine. Ce sera bien mieux pour tout le monde... son parti inclus. Mais surtout pour le Portugal !)

Joacine Katar Moreira, une historienne de 37 ans née en Guinée-Bissau, venait de déposer à Lisbonne un texte de loi proposant l’élaboration d’une liste du patrimoine que le Portugal devrait restituer à ses anciennes colonies. Son parti, une petite formation de gauche, a dénoncé "les attaques personnelles constantes et les références à caractère raciste"  à l’encontre de sa seule élue. Dans son éditorial du 29 janvier 2020, le quotidien de référérence portugais Publico a qualifié "d'abjecte" la tirade du député André Ventura.

"Un discours xénophobe jusqu’au sein du parlement"

Au nom du gouvernement portugais, la ministre de la Justice Francisca Van Dunem, née en Angola et noire elle aussi, a aussitôt condamné "le discours xénophobe qui a commencé à envahir nos institutions et qui est arrivé au parlement". Vive indignation aussi de la cheffe du groupe parlementaire du parti socialiste, Ana Catarina Mendes, qui a taxé de "racistes" les propos du député d’extrême-droite André Ventura. Elle envisage de demander un vote de l’Assemblée pour condamner formellement "ces insultes contre les communautés noires ou roms".

Joacine Katar Moreira est l’une des trois premières femmes noires à être entrées au parlement portugais à l’occasion des élections législatives du 6 octobre 2019. Ses premiers pas au parlement avaient suscité la polémique et "l’hystérie" des réseaux sociaux, écrit l’hebdomadaire Expresso qui avait consacré sa Une à celle qui se présente comme "Noire, bègue et pauvre". Et de rappeler que la jeune parlementaire a reçu des menaces et des "messages de pur racisme, de haine et de mépris" depuis son arrivée sur la scène politique portugaise.

Le Portugal, terre d’immigration

A l’occasion des élections législatives d’octobre 2019, Joacine Katar Moreira est devenue la première femme noire à faire campagne comme tête de liste d’un parti portugais. C’est aussi à cette occasion qu’André Ventura est devenu le premier député d’extrême droite au Portugal, depuis l’avènement de la démocratie en 1974. Il fait régulièrement parler de lui pour ses attaques contre les communautés noires ou roms. Terre d’immigration, le Portugal a accueilli d’importantes communautés d’immigrés originaires de ses anciennes colonies en Afrique comme le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, l’Angola ou le Mozambique.

Vous êtes à nouveau en ligne