Le Cameroun et le Nigeria travaillent à localiser la famille française kidnappée

Le parc national Waza (Cameroun), en octobre 2008, d\'où sept Français revenaient lorsqu\'ils ont été enlevés, le 19 février 2013.
Le parc national Waza (Cameroun), en octobre 2008, d'où sept Français revenaient lorsqu'ils ont été enlevés, le 19 février 2013. (MARC PREEL / AFP)

Selon la radio d'Etat camerounaise, les trois adultes ont été séparés des enfants, âgés de 5, 8, 10 et 12 ans. Ils auraient tous été emmenés au Nigéria.

L'enlèvement n'a pas été revendiqué, mais selon le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, les éléments disponibles laissent penser qu'il est l'œuvre de la secte islamiste nigérianeBokoHaramLa France attend mercredi 20 février des informations du Nigeria et du Cameroun sur la localisation des sept otages français enlevés mardi dans l'extrême-nord du Cameroun et qui auraient été emmenés au Nigeria voisin.

La justice française a ouvert une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée en relation avec une entreprise terroriste". Elle a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Voici ce que nous savons sur ce rapt.

Qui est la famille enlevée ?

Il s'agit d'un couple, de ses quatre enfants âgés de 5, 8, 10 et 12 ans, et d'un troisième adulte qui pourrait être un oncle des enfants. Le père, Tanguy Moulin-Fournier, salarié de GDF-Suez à Yaoundé (Cameroun) depuis septembre 2011, travaillait sur un projet de liquéfaction de gaz naturel sur le site industriel de Kribi, sur la côte camerounaise, écrit Jeune Afrique

Capture d\'écran d\'une photo diffusée de Tanguy Moulin-Fournier, le père de la famille française prise en otage au Cameroun le 19 février 2013.
Capture d'écran d'une photo diffusée de Tanguy Moulin-Fournier, le père de la famille française prise en otage au Cameroun le 19 février 2013. (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)

Lors de l'enlèvement, la famille se trouvait en vacances dans le nord du Cameroun.

Où se trouve-t-elle ?

Les Moulin-Fournier revenaient du parc naturel de Waza et se situaient dans une zone "à 200 mètres du Nigeria (...), ils ont été pris par ces preneurs d'otages. Ils les ont mis sur des motos et ils ont traversé et pris la fuite vers le Nigeria", a déclaré mercredi le ministre délégué aux Affaires extérieures camerounais. Le Nigeria n'a pas confirmé officiellement leur présence sur son territoire. Selon la radio d'Etat Cameroon Radio Television, les trois adultes ont été séparés des quatre enfants. 

Boko Haram est-il l'auteur de ce rapt ?

"Nous estimons que c'est la secte Boko Haram qui a procédé à l'enlèvement, mais on n'a pas encore la signature", a expliqué mercredi matin le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Le groupe islamiste affirme combattre pour la création d'un Etat islamique. Il comprendrait plusieurs factions portant différentes revendications. Les violences liées à Boko Haram et leur répression sanglante par les forces de l'ordre ont fait 3 000 morts depuis 2009.

Ansaru, groupe dissident de cette secte islamiste, est aussi pointé du doigt. "Aucune revendication n'a été faite. Nous ne connaissons ni les ravisseurs, ni l'endroit où ils se trouvent aujourd'hui. Il faut attendre que les autorités à la fois camerounaises et nigérianes essaient de les localiser et ce que nous espérons, c'est la libération le plus rapidement possible de cette famille", a déclaré mercredi la ministre déléguée aux Français de l'étranger, HélèneConway-Mouret

Selon le ministre de la Défense français, le lien n'est "pas établi" entre l'enlèvement des sept Français et l'intervention française au Mali. 

Quelles conséquences pour les Français sur place ? 

C'est la première fois que des touristes occidentaux sont enlevés au Cameroun. Selon le ministre délégué aux Affaires extérieures camerounais, le "dispositif sécuritaire a été relevé" du côté camerounais de la frontière camerouno-nigériane. Le Quai d'Orsay a demandé aux Français de quitter la zone "au plus vite" et à ceux qui comptaient s'y rendre de ne pas y aller. 

L'ambassade française du pays conseille également à tous les Français présents dans l'extrême-nord de se mettre immédiatement à l'abri. Quelque 6 200 Français sont recensés comme vivant au Cameroun.

Vous êtes à nouveau en ligne