L'ONU craint un "génocide" au Burundi

Des agents de police du Burundi, à Bujumbura, le 13 juillet 2016.
Des agents de police du Burundi, à Bujumbura, le 13 juillet 2016. (ONESPHORE NIBIGIRA / AFP)

Un rapport d'enquête des Nations unis met en garde contre de possibles "crimes contre l'humanité" dans ce pays d'Afrique.

Le gouvernement du Burundi est responsable de graves violations des droits systématiques et constantes, a conclu mardi 20 septembre une mission d'enquête de l'ONU, mettant en garde contre de possibles "crimes contre l'humanité" et un "grand danger de génocide".

Lire aussi >> L'article à lire pour comprendre ce qu'il se passe au Burundi

"Les experts ont constaté que des violations graves des droits de l'Homme ont été et sont commises principalement par des agents de l'Etat et ceux qui sont liés à eux", indiquent les enquêteurs dans un rapport. "Etant donné l'histoire du pays, le danger du crime de génocide est grand", relèvent-ils. Les enquêteurs ont établi une liste de suspects qui devraient être poursuivis en justice pour de possibles crimes contre l'humanité commis au Burundi.

Viols, meurtres, disparitions, arrestations de masse et cas de torture

Des violences sporadiques sont signalées dans ce pays d'Afrique centrale depuis avril 2015, lorsque le président sortant, Pierre Nkurunziza, a annoncé l'intention de briguer un troisième mandat. Cela a provoqué des manifestations et conduit à des heurts souvent meurtriers avec les forces de police. Pierre Nkurunziza a été réélu en juillet 2015.

Les enquêteurs ont conclu qu'il était impossible de déterminer l'étendue complète des crimes commis, mais disent avoir recueilli des preuves de viols, de meurtres, de disparitions, d'arrestations de masse et de cas de torture. Selon eux, il y a eu vraisemblablement des milliers de victimes.