DIRECT. Burundi : le numéro 2 des putschistes reconnaît l'échec du coup d'Etat

Des soldats de l\'armée loyaliste dans les rues de Bujumbura (Burundi), le 14 mai 2015.
Des soldats de l'armée loyaliste dans les rues de Bujumbura (Burundi), le 14 mai 2015. (GORAN TOMASEVIC / REUTERS)

La situation est toujours aussi confuse, jeudi, au lendemain d'une tentative de coup d'Etat militaire dont l'issue reste incertaine.

Le sort du Burundi est incertain. La situation est toujours aussi confuse, jeudi 14 mai, au lendemain d'une tentative de coup d'Etat militaire. La présidence burundaise annonce en début de soirée que le président Pierre Nkurunziza est de retour au pays, alors qu'il se trouvait en Tanzanie. Un peu plus tôt, trois militaires sont morts durant des combats.

 Un général putschiste reconnaît son échec. "Personnellement, je le reconnais, notre mouvement a échoué", a déclaré le numéro deux du mouvement putschiste, le général Cyrille Ndayirukiye. "Nous avons rencontré une trop grande détermination militaire pour soutenir le système au pouvoir."

Le président de retour ? "Le président Pierre Nkurunziza est maintenant au Burundi", selon le principal conseiller en communication du président, Willy Nyamitwe. "C'est tout ce qu'on peut dire pour le moment pour des raisons de sécurité."

 Echec de l'offensive lancée par les troupes putschistes. La radio et télévision nationale burundaise (RTNB) émettent de nouveau après plusieurs heures de combat. Son directeur général a annoncé sur ses ondes l'échec de l'offensive lancée par les putschistes.

23h09 : "Personnellement, je le reconnais, notre mouvement a échoué" a déclaré le général Cyrille Ndayirukiye à l'AFP, expliquant que les putschistes, qui tentaient de prendre le pouvoir à Bujumbura, la capitale, depuis hier, ont "rencontré une trop grande détermination militaire pour soutenir le système au pouvoir". Plus tôt dans la soirée, la présidence affirmait que le chef de l'état, Pierre Nkurunziza, était parvenu à regagner le pays.

23h05 : Le numéro 2 des putschistes reconnaît l'échec du coup d'Etat contre le président Nkurunziza.

21h14 : Un général, Godefroid Niyombare, avait profité d'un déplacement de Nkurunziza en Tanzanie, où il assistait à un sommet, pour annoncer sa destitution, mercredi, ainsi que la fermeture des frontières.

21h10 : Le président Pierre Nkurunziza est de retour au Burundi, affirme la présidence burundaise.

20h17 : Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné à son tour "ceux qui cherchent à s'emparer du pouvoir par des moyens illégaux" au Burundi. Les 15 membres du Conseil ont appelé au calme et à des "élections crédibles".

20h10 : Notre journaliste Gaël Cogné vous donne tous les clés pour comprendre le conflit qui déchire ce petit pays de 10 millions d'habitants, voisin du Rwanda, où des manifestants réclamaient depuis plusieurs semaines le départ du président, déterminé à se présenter pour un troisième mandat.

20h08 : Les Etats-Unis ont apporté leur soutien au président Pierre Nkurunziza, victime d'une tentative de putsch. "Nous le reconnaissons comme le président légitime", a déclaré la porte-parole du département d'Etat américain. Le chef d'Etat se trouvait en Tanzanie, pour un sommet international, mercredi, au moment de la tentative de coup d'Etat, mais un porte-parole de la présidence affirme à la BBC qu'il a depuis quitté le pays.

17h57 : "Le coup d'Etat a échoué, les forces loyalistes contrôlent tous les points stratégiques."

Alors qu'une tentative de putsch a lieu au Burundi, le chef de l'armée burundaise vient d'annoncer dans une déclaration à la radio nationale que le coup d'Etat fomenté par un général rebelle avait échoué et que les forces fidèles au président Pierre Nkurunziza avaient repris le contrôle de la situation dans le pays.

17h28 : Toujours autant de tension autour des locaux de la radio nationale à Bujumbura, au Burundi. Les affrontements entre soldats putschistes et militaires loyalistes ont fait au moins trois morts selon des journalistes sur place.

16h38 : Les troubles qui agitent le Burundi ne concernent pour le moment que Bujumbura, la capitale du pays. A Gitega, la seconde ville du pays, les partisans du président Nkurunziza sont sur leurs gardes.

16h36 : Les membres du Conseil de paix et sécurité de l'Union africaine se réunissent en urgence pour évoquer la situation au Burundi, où une tentative de putsch est en cours. La réunion se déroule en ce moment à huis-clos au siège de l'organisation, à Addis-Abeba, en Ethiopie.

16h15 : La confusion règne toujours à Bujumbura, capitale du Burundi. Alors que des putschistes annonçaient avoir pris le contrôle par les armes de la radio nationale, son directeur annonce à l'antenne qu'elle est toujours loyale au président Nkurunziza.


(GORAN TOMASEVIC / REUTERS)

16h29 : François Hollande réagit à la tentative de putsch en cours au Burundi. Dans un communiqué, l'Elysée indique que le président français "appelle toutes les forces en présence à renoncer à toute violence et à prendre les mesures nécessaires pour que le processus électoral au Burundi puisse reprendre le plus vite possible, dans le respect de la Constitution et des accords d'Arusha."

15h07 : La bataille autour la radio nationale aurait pris fin à Bujumbura au Burundi. Selon plusieurs sources locales, les militaires putschistes auraient pris le contrôle de la RTNB. Suivez la situation dans notre direct.

14h22 : Peu avant qu'elle ne cesse d'émettre, la RTNB, la radio nationale burundaise, a diffusé un discours du président Nkurunziza. Le chef de l'Etat, confronté depuis hier à un putsch, condamne les auteurs du coup d'Etat tout en promettant le pardon aux soldats mutins qui accepteraient de se rendre.

14h01 : La violence monte encore d'un cran à Bujumbura, au Burundi. Selon Reuters qui cite des témoins, le corps d'un soldat gît au sol, à proximité du ministère de l'Intérieur. Une journaliste annonce également que les militaires putschistes attaquent la radio-télévision nationale avec un char d'assaut. La RTNB n'émet plus.

13h36 : Comme le relaie l'agence turque Anadolu, un conseiller du président burundais a annoncé à la radio officielle que Pierre Nkurinziza s'adressera à la nation "dans quelques heures". Le chef de l'Etat burundais se trouverait toujours à l'étranger alors que des militaires mènent une tentative de putsch depuis hier. Suivez la situation dans notre direct.



(JENNIFER HUXTA / AFP)

13h48 : Des tirs nourris retentissent près des locaux de la radio nationale à Bujumbura, la capitale, où les militaires putschistes affirment avoir lancé une offensive.

11h15 : Les tirs à l'arme lourde ont cessé dans la matinée à Bujumbura. Les putschistes affirment désormais contrôler quasi-totalement la capitale, au lendemain de l'annonce de la destitution du président Pierre Nkurunziza. Il reste cependant impossible de dire qui contrôle cette ville, dont voici des images de jour.





(Goran Tomasevic / reuters)



10h55 : La correspondante de RFI indique que les médias privés de Bujumbura ont été attaqués avec "un certain systématisme", selon leurs salariés, qui accusent les forces fidèles au président Pierre Nkurunziza. Ces dernières maîtrisent encore trois points majeurs de la capitale burundaise.

10h26 : Le président burundais Pierre Nkurunziza, visé par une tentative de coup d'Etat, se trouve toujours à Dar es Salaam en Tanzanie, affirme une source au sein de la présidence tanzanienne.

10h00 : Après de violents échanges de tirs, l'AFP fait état d'une accalmie à Bujumbura. Les putschistes affirment contrôler la "majorité" de la capitale burundaise.

09h55 : Alors que la situation est toujours confuse à Bujumbura, le compte Twitter de la présidence burundaise et celui du président Nkurunziza appellent "au calme".

09h22 : Des radios et des télévisions privées ont été attaquées par des fidèles du président Nkurunziza, selon plusieurs directeurs de médias.

08h57 : Le journaliste du Monde présent à Bujumbura, où de violents combats ont éclaté ce matin, indique que les affrontements ont désormais cessé. Ces combats à la mitrailleuse lourde et au lance-roquettes ont eu lieu autour des locaux de la radio-télévision nationale (RNTB). Mais la situation reste confuse.

08h12 : Les journalistes présents dans la capitale burundaise, Bujumbura, confirment sur Twitter l'intensité des combats entre militaires loyalistes et putschistes qui ont lieu depuis ce matin.

07h50 : Des précisions sur les violents combats qui ont éclaté entre militaires loyalistes et putschistes à Bujumbura, la capitale burundaise. Selon des témoins cités par l'AFP, ces affrontements à la mitrailleuse lourde et au lance-roquettes se déroulent autour des locaux de la radio-télévision nationale, toujours sous le contrôle des partisans du président Nkurunziza.

07h29 : De violents combats ont éclaté entre militaires loyalistes et putschistes à Bujumbura, la capitale burundaise, autour de la télévision et de la radio nationales, selon des témoins.

Vous êtes à nouveau en ligne