Le ton surprenant d’Emmanuel Macron pour parler du président du Burkina Faso

Alors qu’il a prononcé un discours de près de trois heures à Ouagadougou, le président de la République s’est permis de parler de Roch Marc Christian Kaboré d’une façon assez étonnante.

En visite au Burkina Faso, le président de la République a prononcé ce mardi un discours de près de trois heures devant les 800 étudiants de l'université de Ouagadougou. Puis, Emmanuel Macron s’est prêté au jeu des questions-réponses. Parmi les réponses du président, une a particulièrement marqué son assemblée, et le président du Burkina Faso. 

« Du coup, il est parti réparer la climatisation. » 

Une étudiante burkinabée interroge le président sur l’ouverture d’une centrale électrique française, la réponse d’Emmanuel Macron a fait rire son assemblée : « Mais vous m’avez parlé comme si j’étais le président du Burkina Faso. Mais moi, je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso. C’est le travail du président. »

Roch Marc Christian Kaboré, le président du pays africain, se lève pour quitter la salle, mais Emmanuel Macron l’interpelle : « Du coup il s’en va, reste là ! Du coup, il est parti réparer la climatisation. » provoquant l’amusement des étudiants.

Plus sérieusement, le chef de l’État, a finit par exprimer sa volonté de « tout faire pour aider à ce qu’il y ait les conditions pour aller dans ce sens. »

Vous êtes à nouveau en ligne