Attaque de Ouagadougou : deux Français parmi les victimes, une enquête ouverte à Paris

La police pénètre dans la zone de sécurité bouclée aux alentours de l\'hôtel Splendid, à Ouagadougou (Burkina Faso), samedi 16 janvier 2016.
La police pénètre dans la zone de sécurité bouclée aux alentours de l'hôtel Splendid, à Ouagadougou (Burkina Faso), samedi 16 janvier 2016. (ARNE GILLIS / NURPHOTO / AFP)

Dans un communiqué publié plus tôt samedi, le Quai d'Orsay mentionnait que l'attaque jihadiste a fait "27 morts et environ 150 blessés".

Deux ressortissants français figurent parmi les victimes de l'attaque jihadiste qui a visé un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a indiqué samedi 16 janvier le ministère français des Affaires étrangères. Ces deux Français, un homme et une femme, ont été tués au restaurant Capuccino, un établissement prisé de la communauté expatriée, a-t-on précisé de même source.

Dans un communiqué publié plus tôt, le Quai d'Orsay, qui a fait état d'une Française blessée, mentionnait que l'attaque jihadiste a fait "27 morts et environ 150 blessés". A l'issue de l'assaut policier qui s'est achevé en fin de matinée, les autorités burkinabé ont pour leur part évoqué un bilan provisoire d'au moins 26 morts, de 18 nationalités différentes.

Revendication par Al-Qaïda

Après la confirmation de la mort des deux Français, la section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête pour assassinats et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste. L'enquête est confiée à la Sdat (Sous-direction antiterroriste) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet. 

L'attaque contre le restaurant Capuccino et l'hôtel Splendid a été revendiquée dans la nuit par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l'a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Vous êtes à nouveau en ligne