Ex-otages : un retour et des questions

FRANCE 3

Les deux otages français revenus samedi 11 mai du Sahel, dont l'opération de libération a coûté la vie à deux soldats, ont-ils pris des risques inconsidérés en voyageant au Bénin ? De nombreuses voix ont critiqué leur imprudence.

À leur descente de l'avion, samedi 11 mai, les deux anciens otages français, libérés au Sahel plus tôt dans la semaine, sont accueillis très sobrement par le président de la République, Emmanuel Macron. Quelques minutes plus tard, l'un deux, Laurent Lassimouillas, prend la parole avec des mots choisis. "Certainement aurions-nous dû prendre davantage en compte les recommandations de l'État et la complexité de l'Afrique", disait-il face à la presse.

6 000 visiteurs en 2017

Depuis leur libération, qui a coûté la vie à deux soldats français, la question de leur imprudence se pose. À leur arrivée au parc de la Pendjari, où ils ont été enlevés, la zone était majoritairement classée orange et jaune et ce n'est qu'après l'enlèvement qu'elle est passée en rouge, soit fortement déconseillée. Sans être une destination à la mode, le parc de la Pendjari a pourtant l'habitude d'accueillir des touristes. Il a accueilli 6 000 visiteurs en 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne