Au moins 100 éléphants empoisonnés au cyanure au Zimbabwe

La carcasse d\'un éléphant empoisonné le 27 septembre 2013, au Zimbabwe.
La carcasse d'un éléphant empoisonné le 27 septembre 2013, au Zimbabwe. (PHILIMON BULAWAYO / REUTERS)

Déjà, 80 éléphants avaient été tués avec cette technique, fin septembre.

Au Zimbabwe, le cyanure est une technique de chasse qui se banalise pour tuer les éléphants. Cette semaine, au moins cent éléphants ont été retrouvés morts, empoisonnés, dans le plus grand parc national animalier du pays, ont annoncé les autorités de conservation de la vie sauvage mardi 15 octobre.

"Dix carcasses d'éléphants ont été découvertes à Hwange avant-hier, deux suspects ont été arrêtés et 14 pièces d'ivoire saisies", a indiqué Caroline Washaya-Moyo, une porte-parole de l'autorité gestionnaire des parcs nationaux. De nombreux autres animaux ont aussi succombé à un empoisonnement.

Habitants pauvres et trafic lucratif

Ces dernières semaines, douze personnes ont été arrêtées, dont trois ont été condamnées le mois dernier à des peines d'au moins 15 ans de prison, assorties d'une lourde amende de 600 000 dollars (440 000 euros). Environ 80 éléphants avaient été tués au cyanure, fin septembre. Les autorités ont aussi donné un ultimatum aux habitants d'un village en bordure du parc accusés de détenir du cyanure. Les chefs coutumiers ont imploré le pardon des autorités.

Elles ont souligné que si des villageois s'étaient rendus complices de braconnage, c'était à cause de la pauvreté, et non par cupidité. Le Zimbabwe est un pays très pauvre dirigé d'une main de fer mar le président Robert Mugabe. Le parc, d'une étendue de plus de 14.000 km2, est patrouillé par seulement une cinquantaine de rangers, et aurait besoin de dix fois plus de patrouilles. Le nombre d'éléphants est estimé à plus de 120 000 dans les parcs nationaux du pays. Le trafic d'ivoire brasse chaque année environ 10 milliards de dollars selon un expert dans la protection des animaux sauvages.