Angola

Le Kaombo Norte, ancré depuis trois mois au large de la côte nord de l’Angola, le 8 décembre 2018

LA PHOTO. "Kaombo Norte", le nouveau "monstre pétrolier" de Total au large de l'Angola

Ferme bananière du groupe agroalimentaire angolais Novagrolider, située près de Caxito, dans la province de Bengo, à une soixantaine de kilomètres de la capitale, Luanda, le 14 novembre 2018.

La banane, le «pétrole vert» de l'Angola

A la fin d\'une guerre civile meurtrière en 2002, l\'Angola a connu une décennie de croissance spectaculaire nourrie par son pétrole, dont il est le deuxième producteur africain après le Nigeria. Mais à partir de 2014, la chute des cours du brut, qui fournit 70% des revenus de l\'Etat, a plongé le pays dans la récession. Victime d\'un chômage de masse, la population, très pauvre, ne survit que grâce au marché noir et au commerce parallèle qui, selon les observateurs, pourrait aujourd\'hui concourir jusqu\'à 90% de l\'activité économique. Malgré ses efforts pour contrôler sa dette et l\'inflation ou faire revenir les investisseurs étrangers, les prévisions restent maussades. Le Fonds monétaire international table sur une nouvelle récession en 2018.

LA PHOTO. Angola: le «miracle économique» n’est toujours pas au rendez-vous

Plateforme pétrolière au large des côtes angolaises 

Pétrole: Total mise sur l’Angola qui en a bien besoin

Ils sont près de 250.000 à avoir traversé la frontière angolo-congolaise, après l\'avoir franchie une première fois dans l\'autre sens. Les autorités angolaises ont décidé que quel que soit leur état de santé, attendus de l\'autre côté ou pas, propriétaires de biens sur place ou pas, tout Congolais et autres résidents illégaux devaient être partis au 1er novembre 2018. Pour autant, selon Philippa Candler, porte-parole du HCR à Luanda, les autorités angolaises sont favorables au retour des réfugiés expulsés par erreur. «Ils nous ont assuré à tous les niveaux que ce n’était pas du tout leur intention d’impliquer des réfugiés dans cette opération, et ils veulent à tout prix essayer d’éviter cela», assure-t-elle à RFI. «Le droit international et la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples interdisent l’expulsion collective des étrangers sans recourir à une évaluation individuelle et la garantie d’une procédure régulière», a tenu à rappeler la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l\'Homme, Michelle Bachelet, notant qu’en expulsant un si grand nombre de personnes en si peu de temps, l’Angola a mis des dizaines de milliers de familles en danger. C\'est ainsi que de multiples malades, porteurs entre autres de la tuberculose, rentrent dans leur pays d\'origine, au risque de propager des épidémies en République Démocratique du Congo, en Guinée, ou ailleurs. Cet afflux massif de personnes pose des problèmes tant de sécurité que de santé. 80% des étrangers en Angola sont sans papiers, et les autorités n\'hésitent pas à inciter les bailleurs à dénoncer leurs locataires sans papiers, quitte a s\'approprier leurs biens, quand ils seront jetés en prison. Une crise humanitaire se profile dans la région du Kasaï submergée par ces familles déplacées et sans point de chute.

LA PHOTO. Les Congolais poussés vers la sortie par l'Angola

... transporte ses enfants et ses biens sur un vélo loué, près de Tchikapa (province du Kasaï dans le sud de la RDC). L\'Angola a lancé dans la région du Lunda Norte (nord) une opération visant, selon le porte-parole du gouvernement de cette province, les «étrangers en situation irrégulière dans le pays, notamment dans les maisons d\'achat de diamants». Des centaines de personnes franchissent chaque heure le principal poste-frontière de Kamako (RDC), a constaté le 12 octobre sur place un correspondant de l\'AFP. Le poste frontière «est submergé (...). Les refoulés sortent totalement démunis. Ils racontent qu\'ils ont été pris dans les puits de diamants ou dans les rues par la police angolaise», rapporte un officiel congolais cité par «Le Monde». Côté angolais, des camions et des pick-up transportent vers la frontière des Congolais et leurs biens, selon le correspondant de l\'AFP. A Kamako, les «retournés» se sont installés dans des hangars, des églises et des écoles, voire sous les arbres. «Nous sommes ici (...) sans argent. Nous vendons le peu de biens que nous avons pu amener pour manger. Mon enfant de 4 ans est porté disparu depuis 2 jours à cause de la population que vous voyez ici. J\'ai vendu mon pagne pour (…) payer le communiqué de la recherche de mon enfant à la radio», a témoigné une mère de famille, Dorcas Bakampa.

LA PHOTO. RDC: retour de milliers de migrants clandestins chassés d'Angola

Le président angolais João Lourenço photographié en mai 2018, huit mois après son élection à la tête de l\'ancienne colonie portugaise.

Angola: un an après l'élection de João Lourenço, le Portugal se rapproche

Le photographe Marcelo Nlele dans la cour de l\'Elysée le 16 juillet 2018

Dans les yeux du photographe franco-angolais Marcelo Nlele

Photo postée par l\'association angolaise de défense de la communauté LGBT sur son compte Facebook, le 25 juin 2018, pour saluer leur légalisation par les autorités.

Angola: l’association de défense de la communauté LGBT, Iris Angola, légalisée

Le journaliste angolais anti-corruption Rafael Marques, le 20 août 2017 à Luanda.

Angola: condamnation requise à l'encontre du journaliste Rafael Marques

Dans le port de Benguela (centre-ouest de l\'Angola) le 12 février 2018

Angola: que faire quand il n’y aura plus de pétrole?

Angola : duel au sommet sur fond de corruption

Angola: le président Lourenço amplifie sa campagne anti-corruption

Angola: paludisme et corruption, deux indices de la faillite de l'Etat

Angola: après la fille dos Santos, Joao Lourenço fait tomber le fils

La Russie a perdu le contact avec le premier satellite angolais

Télécommunications: la Russie perd le contact avec le premier satellite angolais

Angola: la chute d'Isabel dos Santos, fille de l’ancien président

L\'allocution télévisée de Robert Mugabé à Harare, au soir du 19 novembre 2017.

Mugabe et Dos Santos: quand l'influence des dynasties africaines vacille

Isabel dos Santos, ex-PDG de Sonangol, la compagnie pétrolière nationale angolaise. Photo prise le 3 mai 2014.

Angola : la fille de l’ex-président limogée de la compagnie pétrolière nationale

La kizomba angolaise fait danser le monde entier.

La kizomba, ambassadrice culturelle de l'Angola

L\'ancien président Dos Santos (G) et le nouveau, Joao Lourenço, le 19 août 2017.

Angola: Dos Santos a lâché la présidence, pas le pouvoir

Les soutiens d\'Isaias Samakuva brandissent les drapeaux et même pour certains, le coq, l\'emblême historique du Mouvement populaire pour la libération de l\'Angola (Unita), principal adversaire du MPLA. La volonté de ce dernier est «d\'assécher l\'Unita mais le peuple nous protège», estime l\'opposant qui, à 71 ans, mobilise encore les foules. Parmi elles, se trouvent les fidèles de l\'Unita, l’ancienne rébellion de Jonas Savimbi devenue premier parti d’opposition. Il y a aussi de nombreux déçus du pouvoir, qui ont délaissé le Sud du pays et ses villages affectés par les années de guerre civile (1975-2002), rappelle Le Monde. Exit le président dos Santos, c\'est le candidat désigné du MPLA, l\'ex-ministre de la Défense Joao Lourenço, 63 ans, qui occupera le fauteuil présidentiel. Mais le président sortant restera à la tête de son parti jusqu\'en 2022.

LA PHOTO. Angola: l'Unita mobilisée à Luanda à l'approche des élections

L'alcool en sachet, un fléau qui s'introduit dans les écoles en Afrique

L’alcool en sachet, un fléau qui s'introduit dans les écoles en Afrique

L\'ancien ministre de la Défense Joao Lourenço, candidat du parti au pouvoir MPLA, est préssenti pour succéder au président José Eduardo dos Santos, qui quitte le pouvoir après 38 ans de règne.

Angola: Joao Lourenço, futur homme fort du pays?

Les chanteurs activistes Elie Kamano, Master Soumy et Luaty Beirao.

Elie Kamano, Master Soumy, Luaty Beirão… ces artistes militants qui dérangent

Des enfants se lavent les pieds au milieu d\'un dépotoir dans la cité d\'Alexandra, un township de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Déchets urbains: une gestion laxiste qui fait des ravages en Afrique

Le président angolais José Eduardo Dos Santos dirige le pays d\'une main de fer depuis 1979 et contrôle tous les organes de l\'Etat. 

Putsch avorté en Angola: 37 opposants sur le banc des accusés

Fidel Castro rend visite à Nelson Mandela à son domicile de Johannesburg, le 2 Septembre 2001.

Fidel Castro, l'homme qui voulait débarrasser l'Afrique de l'impérialisme

Vaccination contre la fièvre jaune en Angola.

Angola: l'état sanitaire se dégrade en raison de la baisse du prix du pétrole

12

Vous êtes à nouveau en ligne