«Thalassa» fait de (bonnes) vagues en Algérie

Algérie, la mer retrouvée
Algérie, la mer retrouvée (Thalassa)

Des articles à foison, des liens vidéos, des commentaires enthousiastes sur les réseaux sociaux, piratage intégral de l’émission, «Thalassa» est au centre de l’actualité en Algérie. Les Algériens ont longtemps tourné le dos à la mer.

«Les Algériens attendent impatiemment Thalassa pour découvrir leur pays», ironise un journal local. Un engouement sans précédent. La diffusion de l’émission «Algérie, la mer retrouvée» est prévue le 3 avril 2015 en soirée sur France3. Les Algériens pressés l’ont déjà visionnée le 23 mars 2015 sur la plateforme Youtube grâce à un piratage.  Des clics par milliers pendant 24 heures, avant que la vidéo ne soit retirée pour le respect des droits d’auteur. Du côté de « Thalassa », on prend ça plutôt philosophiquement.



«Nous sommes attendus en Algérie. Notre parti pris est de dire que tout ne va pas mal en Algérie, sans dire non plus que tout est idyllique. Nous avons apporté un regard nouveau sur le littoral. Les Algériens suivent en nombre depuis longtemps Thalassa en nombre. Sur notre page Facebook, Alger arrive de suite après Paris», explique pour Géopolis Xavier Faubert, responsable Edition multimédia.

La presse algérienne dithyrambique. «Documentaire exceptionnel», «La mer retrouvée»,  «Un documentaire très attendu», «Le littoral algérien comme vous ne l’avez jamais vu», les titres rivalisent d’enthousiasme. C’est peut-être le co-réalisateur Guillaume Pitron qui a le mieux résumé cette impatience en une phrase poétique : «Thalassa veut regarder l’Algérie le sourire aux lèvres».

Au menu : les 1.600 km de côtes, la Casbah, la jeunesse dorée, la société civile, la plongée et la cuisine.

Vidéo. Thalassa : "L'Algérie, Un véritable paradis sur terre" http://t.co/zA1pdmUqnx pic.twitter.com/CkEnrQE9wT
Certains Algériens appellent leurs compatriotes à aller à la rencontre de leur pays sans attendre la diffusion de l’émission.



L’Algérie a toujours tourné le dos à la mer malgré ses 1. 600 km de côte. C'est le pays où les poissons meurent de vieillesse. Cela va-t-il changer ? A la découverte de paysages méconnus et d’un pays qui se relève d’un long traumatisme. 
Vous êtes à nouveau en ligne