VIDEO. Otage français décapité : le maire de la ville d'origine d'Hervé Gourdel critique le gouvernement

FRANCE 2 et FRANCE 3

Henri Giuge, maire de Saint-Martin-Vésubie, accuse les autorités françaises de ne pas avoir tenté de négocier avec les ravisseurs

"Je pense en premier à son épouse, ses parents, son père âgé, son jeune enfant inscrit au lycée de la montagne, sa fille." Henri Giuge, maire de Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes), village d'origine de Hervé Gourdel, l'otage français décapité par les jihadistes algériens du groupe Jund Al-Khilafa (les Soldats du califat), s'est adressé à la presse mercredi 24 septembre

"Je suis en colère contre tout le monde"

Le maire de cette petite commune s'est déclaré surpris par la rapidité de l'exécution juste après la fin de l'ultimatum : "Si cette détention avait duré dans le temps, Hervé Gourdel, montagnard chevronné, avait les capacités physiques et morales pour affronter cette terrible épreuve. Mais la barbarie de ces terroristes n'a pas voulu qu'il en soit ainsi."

"Je suis en colère contre tout le monde, a confié l'élu, entouré de membres de son conseil municipal, qui s'en est pris aux autorités françaises, les accusant de ne pas avoir tenté de négocier avec les ravisseurs. [La négociation] n'est pas la voie choisie par le gouvernement français. C'est un regret. N'est-ce pas aussi la porte ouverte à d'autres prises d'otage (...) et j'ai peur pour la France. Peut-être avant tout, il ne fallait-il pas s'engager dans ce conflit".

Vous êtes à nouveau en ligne