Mort d'Hervé Gourdel : des poursuites lancées contre 15 Algériens, toujours introuvables

Des militaires algériens participent aux recherches d\'Hervé Gourdel et de ses ravisseurs, le 23 septembre 2014, dans la région de Tizi Ouzou (Algérie).
Des militaires algériens participent aux recherches d'Hervé Gourdel et de ses ravisseurs, le 23 septembre 2014, dans la région de Tizi Ouzou (Algérie). (FAROUK BATICHE / AFP)

Ils sont notamment poursuivis pour "création d'un groupe armé terroriste", "prise d'otage" et "assassinat avec préméditation".

Ils sont soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement et à l'assassinat d'Hervé Gourdel, l'otage français décapité en Algérie. La justice algérienne a lancé des poursuites contre quinze Algériens, actuellement en fuite, a indiqué, jeudi 2 octobre, une source judiciaire à l'AFP.

Abdelmalek Gouri, le chef de Jund Al-Khilafa, le groupe qui a revendiqué l'assassinat, figure parmi les suspects, poursuivis, notamment, pour "création d'un groupe armé terroriste", "prise d'otage" et "assassinat avec préméditation". L'autre principal suspect est son bras droit, Abdallah Abou Meriem. La plupart des 13 autres membres de ce groupe ont rejoint les rangs des islamistes armés durant les années 1990, en pleine guerre civile en Algérie.

Les recherches sur le terrain continuent

Le ministre de la Justice algérien, Tayeb Louh, avait indiqué, mardi, que "les premiers éléments de l'enquête avaient permis d'identifier certains des membres du groupe terroriste" algérien Jund Al-Khilafa, lié à l'organisation jihadiste Etat islamique. Les autorités algériennes "poursuivent activement leurs recherches pour retrouver le corps de notre compatriote et arrêter ses assassins", avait précisé le ministère des Affaires étrangères français.

Vous êtes à nouveau en ligne