L’industrie aérienne française est-elle malade ?

Franceinfo

Alors que la compagnie XL Airways demande son placement en redressement judiciaire, interview de Gérard Feldzer, ancien pilote et consultant en aéronautique.

Le jeudi 19 septembre, XL Airways s’est placée en situation de cessation de paiement. Souhaitant trouver des investisseurs, la compagnie aérienne est en mauvaise santé économique. Après la liquidation judiciaire d‘Aigle Azur, peut-on dire que l’industrie aérienne française est malade ? “Concernant ces deux compagnies, ce n’est pas vraiment une surprise. Les petites entreprises du secteur souffrent pour la plupart, d’autant que les acteurs low-cost paient moins de charges. Pour durer dans le secteur, il faut une assise financière et une stratégie gagnante. Par exemple, Aigle Azur avait un marché rentable avec les vols vers l’Algérie mais sa tentative d’élargissement commercial a échoué”, commente Gérard Feldzer.

Une relation entre les aéroports et les compagnies à revoir ?

Estimant que “c’est l’ensemble du transport aérien qui est à revoir”, l’ancien pilote et consultant en aéronautique affirme aussi que les aéroports sont très rentables et que les compagnies aériennes ne profitent pas assez de cette manne. “Une réflexion doit être menée sur ce point car, après tout, ce sont bien les compagnies aériennes qui font fonctionner l’activité”, conclut Gérard Feldzer.

Vous êtes à nouveau en ligne