Algérie : des centaines de milliers de manifestants défilent à Alger pour demander le départ de Bouteflika

Des manifestants à Alger, le 29 mars 2019.
Des manifestants à Alger, le 29 mars 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)

Mardi, le général Ahmed Gaïd Salah, personnage-clé du pouvoir, a proposé la mise en œuvre de mécanismes constitutionnels pour écarter le chef de l'Etat du pouvoir.

Des centaines de milliers d'Algériens dans la rue. Vendredi 29 mars, et pour la sixième semaine consécutive, une foule énorme réclame le départ d'Abdelaziz Bouteflika du pouvoir. Difficile à évaluer précisément en l'absence de chiffres officiels, la mobilisation apparaissait très forte, peu de temps après le démarrage du cortège en début d'après-midi.

L'armée lâche Bouteflika. Mardi, le général Ahmed Gaïd Salah, personnage-clé du pouvoir, a proposé la mise en œuvre de mécanismes constitutionnels pour écarter le chef de l'Etat du pouvoir, dernière tentative en date du régime d'apaiser la contestation qui refuse de faiblir.

Le parti allié de Bouteflika réclame (aussi) sa démission. Le parti RND, principal allié du président algérien, a réclamé, dans un communiqué rendu public mercredi 27 mars, la démission de ce dernier.

Une décision qui doit être votée par le Parlement. Ce sont les deux chambres du Parlement qui, sur proposition du Conseil constitutionnel, votent à la majorité des deux tiers "l'état d'empêchement". Si "l'empêchement" se poursuit au-delà de 45 jours, le pouvoir est déclaré vacant. L'intérim se poursuit alors pendant 90 jours maximum, durant lesquels une présidentielle est organisée.

20h16 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité de la soirée :

Les députés britanniques ont, une troisième fois, rejeté l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, négocié avec Bruxelles. Londres a jusqu'au 12 avril pour proposer une alternative. En cas d'échec, ce sera un Brexit "dur", sans accord.


Sixième vendredi de manifestations en Algérie, où le peuple réclame la démission du président Abdelaziz Bouteflika et la fin du "système" au pouvoir. Plusieurs centaines de milliers de manifestants ont défilé à Alger, selon des sources sécuritaires. Vous pouvez également suivre la situation en direct.


Le procureur de la République de Nice a annoncé aujourd'hui qu'un "policier isolé et dépourvu de bouclier" avait "provoqué la chute" de Geneviève Legay, samedi lors d'une manifestation des "gilets jaunes" à Nice. Il a "écarté du bras vers sa droite" la militante d'Attac de 73 ans, grièvement blessée, a-t-il déclaré.


La réalisatrice Agnès Varda est morte aujourd'hui à l'âge de 90 ans. Voici un retour sur 10 œuvres majeures de la cinéaste fait par nos confrères de Culturebox.

18h10 : Il est 18 heures, l'heure du point sur l'actu.

Aujourd'hui, les députés ont rejeté pour la troisième fois l'accord de divorce entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Suivez la situation en direct.


Sixième vendredi de manifestations en Algérie, où le peuple réclame la démission du président Abdelaziz Bouteflika et la fin du "système" au pouvoir. Vous pouvez également suivre la situation en direct.


• #BENDAOUD Jawad Bendaoud a été condamné aujourd'huià quatre ans de prison ferme par la cour d'appel de Paris pour avoir hébergé deux terroristes des attentats du 13-Novembre.

La réalisatrice Agnès Varda est morte aujourd'hui à 90 ans. Voici un retour sur 10 œuvres majeures de la cinéaste fait par nos confrères de Culturebox.


17h42 : Jean-Yves Le Drian est frappé de "la dignité et de la fierté du peuple algérien". Il estime désormais que la transition "s'impose".

"L'Algérie doit être maîtresse de son destin. La population contribue par ces différentes manifestations à montrer son appartenance et sa fierté algériennes. Il faut donc que le processus qui va se mettre en oeuvre, de transition, qui maintenant s'impose, puisse se dérouler dans les meilleures conditions"

17h40 : Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, salue le "civisme remarquable" du peuple algérien qui a manifeste aujourd'hui en masse pour obtenir la fin du "système" au pouvoir.

17h01 : Les manifestants algériens ne manquent pas d'humour. Ils manient le jeu de mots en détournant l'article 102 de la Constitution algérienne invoqué pour réclamer la destitution d'Abdelaziz Bouteflika.




(AFP / RYAD KRAMDI)

16h57 : Mardi, le chef-d'état major de l'armée algérienne a appelé à la destitution du président Abdelaziz Bouteflika pour "inaptitude". Qui est cet Ahmed Gaïd Salah qui veut faire tomber le président ? Que va-t-il se passer ? Quel est cet article 102 de la Constitution algérienne invoqué ? Voici un article qui vous résume la situation.

17h02 : Des centaines de milliers de personnes, avance Reuters, sont rassemblées à Alger. Les images sont impressionnantes.



(AFP)

Vous êtes à nouveau en ligne