DIRECT. Algérie : les étudiants dans la rue pour demander "la fin du système"

Des étudiants algériens sont descendus dans les rues de la capitale Alger, le 12 mars 2019.
Des étudiants algériens sont descendus dans les rues de la capitale Alger, le 12 mars 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)

Les manifestations ont repris, mardi matin, au lendemain de l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat et de reporter l'élection.

Coups de klaxons, vitres ouvertes, drapeaux au vent... Quelques minutes après l’annonce d'Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un cinquième mandat, des milliers d'Algériens sont descendus dans la rue, lundi 11 mars. Dans son message adressé à la nation, le président algérien a également annoncé le report de l'élection présidentielle prévue mi-avril. Des messages relayés durant la nuit sur les réseaux sociaux appellent les étudiants à manifester mardi pour "la fin du système". Suivez la situation dans notre direct.

"Une transition d'une durée raisonnable". Depuis Djibouti, où il est en déplacement, Emmanuel Macron a salué "la décision" d'Abdelaziz Bouteflika de se retirer. Il a aussi appelé à "une transition d'une durée raisonnable".

 "On veut qu’il parte maintenant". A Alger, les manifestants sont partagés entre l'euphorie et le doute après le report de l'élection présidentielle. "On veut qu’il parte maintenant, explique un habitant à notre correspondante sur place. On ne veut pas qu’ils attendent demain ou après-demain, et qu’ils montent un complot et qu’ensuite on le paye cher." 

Pas de nouvelle date. Initialement prévue le 18 avril, la présidentielle a été reportée "pour apaiser les appréhensions qui ont été manifestées", a fait valoir Abdelaziz Bouteflika. Aucune date n'a pour le moment été choisie. 

Une conférence nationale. Le président algérien a également annoncé la création d'une "conférence nationale inclusive et indépendante (...) dotée de tous les pouvoirs nécessaires à la discussion, l’élaboration et l’adoption de tous types de réformes" pour la "transformation de notre Etat-nation". Cette conférence nationale doit accoucher d'un projet de Constitution qui sera soumis à un référendum populaire. 

Vous êtes à nouveau en ligne