DIRECT. Algérie : les étudiants dans la rue pour demander "la fin du système"

Des étudiants algériens sont descendus dans les rues de la capitale Alger, le 12 mars 2019.
Des étudiants algériens sont descendus dans les rues de la capitale Alger, le 12 mars 2019. (RYAD KRAMDI / AFP)

Les manifestations ont repris, mardi matin, au lendemain de l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat et de reporter l'élection.

Coups de klaxons, vitres ouvertes, drapeaux au vent... Quelques minutes après l’annonce d'Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un cinquième mandat, des milliers d'Algériens sont descendus dans la rue, lundi 11 mars. Dans son message adressé à la nation, le président algérien a également annoncé le report de l'élection présidentielle prévue mi-avril. Des messages relayés durant la nuit sur les réseaux sociaux appellent les étudiants à manifester mardi pour "la fin du système". Suivez la situation dans notre direct.

"Une transition d'une durée raisonnable". Depuis Djibouti, où il est en déplacement, Emmanuel Macron a salué "la décision" d'Abdelaziz Bouteflika de se retirer. Il a aussi appelé à "une transition d'une durée raisonnable".

 "On veut qu’il parte maintenant". A Alger, les manifestants sont partagés entre l'euphorie et le doute après le report de l'élection présidentielle. "On veut qu’il parte maintenant, explique un habitant à notre correspondante sur place. On ne veut pas qu’ils attendent demain ou après-demain, et qu’ils montent un complot et qu’ensuite on le paye cher." 

Pas de nouvelle date. Initialement prévue le 18 avril, la présidentielle a été reportée "pour apaiser les appréhensions qui ont été manifestées", a fait valoir Abdelaziz Bouteflika. Aucune date n'a pour le moment été choisie. 

Une conférence nationale. Le président algérien a également annoncé la création d'une "conférence nationale inclusive et indépendante (...) dotée de tous les pouvoirs nécessaires à la discussion, l’élaboration et l’adoption de tous types de réformes" pour la "transformation de notre Etat-nation". Cette conférence nationale doit accoucher d'un projet de Constitution qui sera soumis à un référendum populaire. 

10h51 : Les enseignants continuent à se mobiliser en Algérie. Ils réclament le départ de Bouteflika.


09h40 : En Algérie, les manifestations reprennent ce matin contre le maintien au pouvoir de Bouteflika, relaie une journaliste sur place.

07h38 : L'Humanité consacre sa une ce matin aux manifestations étudiantes qui ont eu lieu, hier, en Algérie.

20h07 : Il est 20 heures, voici les principaux titres :

• Theresa May défend une nouvelle fois son accord sur le Brexit. Les députés britanniques doivent voter d'un instant à l'autre une nouvelle mouture du texte. Suivez la situation dans notre direct mais en attendant voici les scénarios qui se profilent.

• L'Agence européenne de la sécurité aérienne suspend tous les vols de Boeing 737 max. Voici la liste des pays et compagnies qui clouent ces avions au sol.

• Les manifestations ont repris, ce matin, au lendemain de l'annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un cinquième mandat consécutif. Mais l'élection présidentielle est reportée à une date encore inconnue et il reste président d'ici là. Nous vous résumons la situation ici.

• La loi anticasseurs est examinée par les sénateurs. L'article 1, sur les fouilles en manifestation et "à ses abords immédiats", est adopté. L'article 2 sur les interdictions administratives de manifester est également adopté.

18h12 : 18 heures. Faisons un point sur l'actualité (chargée) de cet après-midi :

Theresa May défend une nouvelle fois son accord sur le Brexit. Les députés britanniques doivent voter dans la soirée une nouvelle mouture du texte, renégocié auprès de Bruxelles par la Première ministre. Nous suivrons en direct les débats, mais en attendant, voici les scénarios qui se profilent.

Comme de nombreux pays, la France a interdit les Boeing 737 Max dans son espace aérien, deux jours après le crash d'un appareil en Ethiopie. Nous avons aussi analysé les fausses vidéos de l'accident qui circulent sur internet.

Les manifestations ont repris, ce matin, au lendemain de l'annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un cinquième mandat consécutif. Mais l'élection présidentielle est reportée à une date encore inconnue et il reste président d'ici là. Nous vous résumons la situation ici.

Le navire italien "Grande America" a coulé à 300 kilomètres à l'ouest des côtes françaises, annonce la préfecture maritime de l'Atlantique. "Nous allons mener maintenant la lutte antipollution", a affirmé le ministre François de Rugy.


Le Parlement européen a voté la levée de l'immunité de Jean-Marie Le Pen, demandée par les juges parisiens chargés de l'enquête sur les assistants parlementaires du Rassemblement national (ex-FN).

17h59 : Le renoncement d'Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat de président représente une victoire en demi-teinte pour les manifestants algériens. Car le chef d'Etat, au pouvoir depuis 1999, a décidé de reporter les élections et de prolonger son mandat. Sur quelle base légale Bouteflika peut-il se maintenir au pouvoir ? Pourquoi certains y voient-ils une "ruse" du régime ? Nous répondons à ces questions dans notre article.




(EL WATAN)

14h49 : Les manifestations contre la prolongation du quatrième mandat d'Abdelaziz Bouteflika continue en Algérie, notamment à Alger où les étudiants sont dans la rue, selon ces journalistes du HuffPost.

14h02 : Voici les les principaux titres d'actualité à midi :



Le Parlement européen a voté la levée de l'immunité de Jean-Marie Le Pen, demandée par les juges parisiens chargés de l'enquête sur les assistants parlementaires du Front national.


Les manifestations ont repris, ce matin, au lendemain de l'annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un 5e mandat consécutif. Mais l'élection présidentielle est reportée à une date encore inconnue et il reste président d'ici là. Beaucoup dénoncent "une supercherie".

Theresa May s'apprête à prendre la parole devant les députés britanniques qui se prononceront, ce soir, sur ce nouvel accord de divorce avec l'Union européenne obtenue par la Première ministre auprès de Bruxelles. Voici les scénarios qui se profilent.

Plus d'un actif sur deux (55%) s'est déjà trouvé dans la situation d'accepter un emploi qui ne lui correspondait pas vraiment pour sortir du chômage. C'est l'un des enseignements de la deuxième vague du baromètre sur le chômage et ses impacts, réalisée par OpinionWay pour l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) et que franceinfo publie en exclusivité.



12h11 : Voici les les principaux titres d'actualité à midi :

Les manifestations ont repris, ce matin, au lendemain de l'annonce du président algérien Abdelaziz Bouteflika de renoncer à briguer un 5e mandat consécutif. Mais l'élection présidentielle est reportée à une date encore inconnue et il reste président d'ici là. Beaucoup dénoncent "une supercherie".

Les députés britanniques se prononcent, ce soir, sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que la Première ministre Theresa May a annoncé avoir décrochées. Voici les scénarios qui se profilent.

• Dans son rapport annuel d'activité, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, alerte sur l'utilisation des grenades GLI-F4 et souhaite l'interdiction des LBD par les forces de l'ordre lors de manifestations.

Plus d'un actif sur deux (55%) s'est déjà trouvé dans la situation d'accepter un emploi qui ne lui correspondait pas vraiment pour sortir du chômage. C'est l'un des enseignements de la deuxième vague du baromètre sur le chômage et ses impacts, réalisée par OpinionWay pour l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) et que franceinfo publie en exclusivité.


10h36 : Les manifestations sont toujours aussi importantes en Algérie. Les étudiants ont notamment rejoint le mouvement, selon des journalistes sur place.

10h38 : "C'est une victoire du peuple algérien, mais en demi-teinte. Une victoire au goût d'inachevé. On veut faire croire au bon pacha et au mauvais vizir. "

"Dire qu'on annule la présidentielle, c'est anticonstitutionnel parce qu'elle ne peut être renvoyée qu'en cas de guerre", a réagi Ali Benflis sur franceinfo.

10h39 : Les manifestations reprennent en Algérie ce matin, au lendemain de l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat et de reporter l'élection.

09h38 : Emmanuel Macron "salue" la décision d'Abdelaziz Bouteflika et appelle à "une transition d'une durée raisonnable"

09h00 : Voici les les principaux titres d'actualité à neuf heures

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a indiqué, hier, renoncer à briguer un 5e mandat consécutif. Mais l'élection présidentielle est reportée à une date encore inconnue et il reste président d'ici là. Ce matin, certains dénoncent "une supercherie".


Les députés britanniques se prononcent, ce soir, sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que la Première ministre Theresa May a annoncé avoir décrochées.


Plus d'un actif sur deux (55%) s'est déjà trouvé dans la situation d'accepter un emploi qui ne lui correspondait pas vraiment pour sortir du chômage. C'est l'un des enseignements de la deuxième vague du baromètre sur le chômage et ses impacts, réalisée par OpinionWay pour l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) et que franceinfo publie en exclusivité.


Mehdi Nemmouche a été condamné, cette nuit, aux assises de Bruxelles, à la réclusion à perpétuité pour les quatre assassinats terroristes commis en 2014 au musée juif de la capitale belge.

08h25 : Actuellement en Algérie, je peux vous témoigner du peu de crédit que donne la population algérienne à Rachid Nekkaz. Nekkaz offre à cette vraie-fausse campagne présidentielle un côté folklorique qui distrait la population. Franco-algérien, je peux témoigner du fossé qui existe entre les manifestants de France et d'Algérie. En France, les Algériens parlent d'un pays en ruine. En Algérie, les manifestants parlent d' un pays riche à la croisée des chemins : le temps du partage des richesses est venu ou ce sera le chaos. L'Algerie dont je vous parle n'est pas celle qui est racontée par ceux qu'on appelle les immigrés qui ne connaissent l'Algérie que par le prisme des vacances.

08h25 : Dans les commentaires, @anonyme, qui vit actuellement en Algérie, livre son regard sur les perceptions différentes d'un côté et de l'autre de la Méditerranée.

08h15 : Le politologue et écrivain algérien Hasni Abidi, invité des "4 vérités" sur France 2, assure que le mouvement de protestation se poursuit en Algérie. De nombreuses questions restent ce matin en suspens après l'annonce du président algérien.

07h53 : "Le clan Bouteflika n'a pas démissionné, le clan Bouteflika vient d'annuler l'élection présidentielle comme cela était le cas en janvier 1992. La situation est extrêmement dangereuse. Le peuple algérien doit se mobiliser samedi à Paris sur les Champs-Elysées."

"Nous sommes prêts à faire voter une loi d'amnistie" si Abdelaziz Bouteflika "sort par la grande porte", autrement dit quitte le pouvoir, a déclaré Rachid Nekkaz, sur franceinfo.

07h53 : A Alger, les manifestants sont partagés entre euphorie et doute après le report de l'élection présidentielle, comme le montre ce reportage sur place de notre correspondante Leïla Beratto.

Des jeunes algériens sont descendus dans la rue après l\'annonce du désistement d\'Abdelaziz Bouteflika, le 11 mars.


(MAXPPP)

Vous êtes à nouveau en ligne