Algérie : la rue maintient la pression sur le pouvoir

FRANCE 3

De grandes manifestations sont attendues vendredi 5 avril en Algérie, les manifestants réclament la fin du système au pouvoir. La journaliste de France 2 Nabila Tabouri fait le point sur la situation depuis Alger.

La démission du président Abdelaziz Bouteflika et ses excuses dans une lettre rendue publique n'ont pas suffi à faire redescendre la pression sur le pouvoir. "Certains ont moqué cette lettre d'excuses, car ils la jugent trop tardive. Vendredi 5 avril va être une journée de mobilisation, toute l'Algérie va manifester. Ici à Alger, des rassemblements ont déjà commencé. Certains, venus d'autres régions, ont même dormi sur place pour être aux premières loges", explique Nabila Tabouri en direct d'Alger.

Pour une deuxième République

"Si les Algériens continuent à manifester, c'est qu'ils réclament le départ du système en place. Un système qu'ils jugent corrompu, et ils ne font pas confiance aux dirigeants qui ont été nommés pour gérer cette période de transition. Ce que veulent les Algériens c'est une vraie rupture avec ce système. Certains réclament même une deuxième République avec des hommes et des femmes qui ne font pas partie de ce système honni. Vont-ils obtenir des garanties ? C'est en tous cas tout le défi de cette journée de mobilisation", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne