Algérie : la colère ne retombe pas après l'officialisation de la candidature de Bouteflika

FRANCE 3

Sa candidature reste contestée. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika  est officiellement candidat à sa propre succession. Face aux critiques, il promet une conférence nationale pour préparer une réforme politique et constitutionnelle.

Des centaines de personnes sont descendues spontanément dans les rues d’Alger (Algérie) dans la nuit de dimanche à lundi à l’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans. Ils ont défilé dans le calme, mais les manifestants restent très en colère.

Une élection présidentielle anticipée

Pourtant quelques heures plutôt, le directeur de la campagne de Bouteflika a lu une lettre qu’aurait écrite le président pour apaiser la colère populaire. Le président en exercice y affirme que s’il est réélu, il y aura une nouvelle élection présidentielle anticipée à laquelle il ne sera pas candidat.

La missive a ensuite été lue à la télévision nationale algérienne, avec des anciennes photos montrant le président en pleine forme, avant son AVC. Depuis 2013, Abdelaziz Bouteflika est en fauteuil roulant et ne s’est plus adressé directement aux Algériens. Reste à savoir si les annonces d’hier vont calmer la rue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne