Algérie : des artistes rejoignent le mouvement de contestation

Des étudiants algériens manifestent à Alger, le 5 mars 2019, contre la candidature pour un 5e mandat d\'Abdelaziz Bouteflika.
Des étudiants algériens manifestent à Alger, le 5 mars 2019, contre la candidature pour un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika. (RYAD KRAMDI / AFP)

Plusieurs personnalités du monde de la culture se sont récemment engagées publiquement en faveur des mobilisations en Algérie, contre un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika.

Les manifestations populaires se poursuivent en Algérie, les artistes s'engagent également contre la perspective d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika. "On a senti que tout le monde était prêt", raconte le musicien Aziz Hamdi, âgé de 28 ans. Après les premières manifestations, il croise le chanteur Amine Chibane. Les deux jeunes hommes avaient déjà commencé à composer, chacun de leur côté, inspirés par le mouvement.

Ils mettent alors leur travail en commun et invitent d’autres artistes à les rejoindre. "Tout le monde a déjà eu cette idée de faire quelque chose, mais ne savait pas comment commencer, comment entamer. Dès qu'il y a eu cette volonté mise en place, elle a rapidement été rejointe par tout le monde. La chanson a été produite dans un temps record."

Si la constitution est bafouée et que le pouvoir est en train de semer le désordre, il faut qu'on occupe un espace démocratique, ou qu'on le crée. Cet espace démocratique est dans la rue.Adila Bendimeradà franceinfo

La chanson Youm el chaab ("Aujourd’hui le peuple"), est mise en ligne le 1er mars. La semaine suivante, Adila Bendimerad, 34 ans, actrice et productrice, lance un appel à un rassemblement des artistes : "Au départ, il s'agissait de faire une réunion pour discuter, dans un endroit fermé, avec les artistes. Ayant moi-même, depuis des années, travaillé dans le théâtre de rue, je me suis dit que non, en fait c'est dans la rue qu'il fallait agir." À l’issue de la réunion, plusieurs personnes ont décidé d’organiser des performances artistiques pendant la grande manifestation du vendredi d'après, le 8 mars.

Vous êtes à nouveau en ligne