Algérie : Abdelmajid Tebboune, un nouveau président déjà décrié

La rue rejette le nouveau président. Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues pour dénoncer une mascarade. Mais qui est le nouveau président ?

Il est le nouvel homme fort d'Algérie. Le huitième président depuis l'indépendance. S'il n'a pas combattu dans le FLN, cet homme de 74 ans est un pur produit du système. Diplômé de l'école nationale d'administration, Abdelmajid Tebboune enchaînera les postes de préfet. Plusieurs fois ministre aussi, il a été nommé chef du gouvernement, mais limogé au bout de 88 jours. Son tort ? Avoir déclaré la guerre à la corruption. Soutenu par l'armée, il a été élu le 12 décembre dernier dès le premier tour avec 58% de suffrages et une participation historiquement faible.

Rajeunir son gouvernement

Après son élection, Abdelmajid Tebboune s'est empressé de tendre la main au Hirak, ce mouvement de contestation inédit qui défie le pouvoir depuis dix mois. Leur réponse a été cinglante avec une nouvelle démonstration de force dans le pays. "Nous ne voulons pas d'élection. Le choix de Tebboune est le choix des généraux, pas de la rue", ont scandé des manifestants. Face à la fronde, le président Tebboune va devoir traduire ses engagements de campagne : la transparence politique et économique, le rajeunissement et l'ouverture. Un défi immense.

Vous êtes à nouveau en ligne