Crash du vol d'Air Algérie : tous les corps devraient pouvoir être identifiés

Rassemblement en l\'honneur de la famille Ouedraogo, dont 7 membres étaient à bord du vol d\'Air Algérie qui s\'est écrasé dans le nord du Mali, le 3 août 2014 près de Nantes.
Rassemblement en l'honneur de la famille Ouedraogo, dont 7 membres étaient à bord du vol d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, le 3 août 2014 près de Nantes. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Deux semaines, jour pour jour, après l'accident du vol AH5017 d'Air Algérie au Mali, les premiers éléments sur les circonstances du crash vont être révélés par les enquêteurs français.

Au lendemain du retour en France des gendarmes français envoyés sur la zone de l'accident du vol Air Algérie dans le nord-est du Mali, les premiers éléments sur les circonstances du crash vont être révélés, jeudi 7 août. Un premier scénario de la tragédie sera esquissé par les enquêteurs en conférence de presse, deux semaines, jour pour jour, après le crash du vol AH5017 qui a fait 116 morts, dont 54 Français.

"Plus de 1 000 prélèvements effectués"

L'avion, loué auprès de la société espagnole SwiftAir, s'est désintégré en s'écrasant et les débris de l'appareil se sont dispersés sur plusieurs centaines de mètres, selon plusieurs responsables et spécialistes présents sur les lieux. D'après le colonel Patrick Touron, "l'avion est tombé avec une très grande vitesse verticale, parce qu'il s'est littéralement pulvérisé. Le choc a été quasi instantané." "Nous avons procédé à un peu plus de 1 000 prélèvements. Scientifiquement, nous avons une forte probabilité d'identifier toutes les personnes", a-t-il assuré.

Les deux boîtes noires en cours d'analyse

Les enquêteurs ont aussi réceptionné, le 28 juillet, les deux boîtes noires du MD-83 accidenté. La première, qui a enregistré les paramètres du vol (vitesse, altitude, trajectoire...) de l'avion, a pu être lue le jour même. Endommagée, la seconde, utilisée pour enregistrer les conversations de l'équipage dans le cockpit et leurs annonces en cabine, est vraisemblablement en cours de décryptage elle aussi.

Vous êtes à nouveau en ligne