Algérie : l'armée réclame un départ "immédiat" du président Abdelaziz Bouteflika

Ahmed Gaïd Salah, le 27 juin 2013 à Alger (Algérie). 
Ahmed Gaïd Salah, le 27 juin 2013 à Alger (Algérie).  (MOHAMED BASHER ZAMRY / ANADOLU AGENCY / AFP)

Cette déclaration de l’armée intervient au lendemain d’un communiqué de la présidence annonçant une démission d'Abdelaziz Bouteflika avant la fin de son mandat, le 28 avril prochain.

L'armée algérienne demande une mise à l'écart "immédiate" du président Bouteflika, dans un communiqué publié mardi 2 avril 2019. "Nous estimons qu'il n'y a plus lieu de perdre davantage de temps et qu'il faut appliquer immédiatement la solution constitutionnelle proposée, a déclaré le chef d'état-major et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah. Nous soutiendrons le peuple jusqu'à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites. Etant le fils du peuple et partant de la responsabilité historique qui m'incombe, je ne pourrai que m'aligner sur ce peuple dont la patience n'a que trop duré et qui a tant souffert des différentes épreuves. Car il est temps pour qu'il recouvre ses droits constitutionnels légitimes et sa pleine souveraineté."

Dans ce texte, l'armée algérienne considère comme non authentique le communiqué de la présidence ayant annoncé lundi la démission de M. Bouteflika avant la fin de son mandat, le 28 avril. L'armée estime que ce communiqué n'émane pas du chef de l'Etat mais "d'entités non constitutionnelles et non habilitées", non nommément citées.

Vous êtes à nouveau en ligne