L'équipe médicale de Nelson Mandela mise en cause par son ex-garde du corps

Nelson Mandela, le 26 octobre 2005, à Johannesbourg (Afrique du Sud). 
Nelson Mandela, le 26 octobre 2005, à Johannesbourg (Afrique du Sud).  (GIANLUIGI GUERCIA / AFP)

De son côté, le président sud-africain assure que l'état de santé de Nelson Mandela "continue de s'améliorer".

"Parfois, on avait l'impression qu'il était de retour en prison." Garde du corps de Nelson Mandela pendant dix ans, Shaun van Heerden sort du silence. Il accuse l'équipe médicale de l'ancien président sud-africain de vouloir contrôler ses visites, dans le journal sud-africain Saturday Star (en anglais) du samedi 15 juin, cité par Ouest-France, dimanche. Shaun van Heerden a été limogé pour avoir dévoilé le nom de l'hôpital de Pretoria (Afrique-du-Sud) où a été admis l'icône de la lutte anti-apartheid dans un état grave, le 8 juin.

"Même avant son admission à l'hôpital, rares étaient les personnes autorisées à le voir. Et certains de ses vieux amis étaient interdits de visite", raconte cet ex-membre du service d'élite de la police de protection présidentielle sud-africaine. Nelson Mandela "est un homme très seul", ajoute-t-il. Il accuse aussi des membres de l'équipe médicale de se comporter comme des "célébrités", c'est-à-dire d'outrepasser leurs prérogatives lorsqu'ils étaient à son chevet et de chercher à se mettre en valeur en prenant la pause pour des photos à ses côtés.

Agé de 94 ans, Nelson Mandela est hospitalisé pour une infection pulmonaire. "Au cours des deux derniers jours, les médecins ont déclaré que son état avait continué à s'améliorer, même s'il reste grave", a dit le président sud-africain Jacob Zuma dimanche, lors d'une cérémonie en mémoire de la lutte contre l'apartheid.

Vous êtes à nouveau en ligne