De Klerk, dernier président de l'apartheid, salue la "compassion" de Mandela

Nelson Mandela et Frédérik de Klerk, les deux anciens présidents d\'Afrique du Sud, reçoivent le prix Nobel de la paix à Oslo (Norvège), le 10 décembre 1993.
Nelson Mandela et Frédérik de Klerk, les deux anciens présidents d'Afrique du Sud, reçoivent le prix Nobel de la paix à Oslo (Norvège), le 10 décembre 1993. (GERARD JULIEN / AFP)

Ensemble, ils avaient reçu le prix Nobel de la paix en 1993. Au lendemain de sa mort, le dernier président blanc de l'Afrique du Sud salue un homme "plein de compassion".

La plus grande réussite de Nelson Mandela est d'avoir unifié l'Afrique du Sud et d'avoir œuvré en faveur de la réconciliation entre Noirs et Blancs à la fin de l'apartheid, a estimé Frederik de Klerk, le dernier président blanc sud-africain, au lendemain de la disparition du leader de la lutte contre l'apartheid. "Il fut un grand unificateur et un homme très très spécial de ce point de vue au-delà de tout ce qu'il a accompli. Cette priorité de la réconciliation est son plus grand héritage", a dit De Klerk, âgé de 77 ans, dans un entretien accordé à CNN. C'est lui qui avait ordonné la libération de l'opposant Mandela en 1990 et avait ensuite négocié avec lui la fin du régime de l'apartheid fondé sur un racisme institutionnel.

Selon lui, l'ancien dirigeant de l'ANC était un personnage "humain" et plein de compassion qui avait compris la peur qu'éprouvait la minorité blanche à l'idée d'une transition institutionnelle et démocratique. De Klerk a raconté comment il avait senti qu'un lien s'était créé dès sa première rencontre avec Mandela en 1989, peu après son arrivée au pouvoir. "Il y a eu immédiatement une étincelle entre nous deux, si je peux dire les choses comme ça. Je le respectais et je l'ai toujours apprécié en tant qu'homme. C'était une personne magnanime, une personne pleine de compassion."

Le président Frederick De Klerk, et Nelson Mandela, leader de la lutte anti-apartheid, deux jours avant la libération de prison de ce dernier, le 9 février 1990.
Le président Frederick De Klerk, et Nelson Mandela, leader de la lutte anti-apartheid, deux jours avant la libération de prison de ce dernier, le 9 février 1990. (GOUVERNEMENT SUD-AFRICAIN / AFP)

Mandela et De Klerk furent ensemble récompensés par le prix Nobel de la paix en 1993 pour avoir mis fin au pouvoir de la minorité blanche et avoir posé les fondations de la démocratie en Afrique du Sud. "Il était plus grand que je ne l'avais imaginé, une sorte de grande tige. Il regardait les gens dans les yeux, d'une manière très directe, il savait très bien écouter, et on voyait très facilement qu'il avait une approche analytique de la discussion, ce que j'appréciais beaucoup. J'ai vraiment été très impressionné lors de cette première rencontre."

Vous êtes à nouveau en ligne