Afrique du Sud : nouveau traitement prometteur contre la tuberculose

Un cocktail de médicaments plus léger et un traitement beaucoup moins long guérit des malades atteints de tuberculose multirésistante.

En Afrique du Sud, entre 300 et 350 personnes meurent chaque jour de la tuberculose. Selon le dernier bilan de l'OMS (2018), cette maladie a tué près de 1,7 million de personnes en 2017 dont 75 000 en Afrique du Sud. 

La tuberculose est la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde. Chaque année, dix millions de personnes sont infectées selon l'OMS, dont 60% sont concentrées dans six pays : l’Inde, l’Indonésie, la Chine, le Nigeria, le Pakistan et l’Afrique du Sud. Mettre un terme à l’épidémie d’ici à 2030 est l'un des 17 objectifs de développement durable adoptés en 2015 par les états membres des Nations unies.

En Afrique du Sud, un nouveau traitement redonne espoir aux malades. Huit photos de Michele Spatari prises en août 2019 à l'hôpital Sizwe de médecine tropicale à Johannesburg illustrent ce propos.

18
"Le nombre de cas de tuberculose continue de baisser chaque année. (…) Mais la baisse est moins importante que d’autres maladies, en particulier le sida", explique Pierre-Yves Norval, médecin, ancien expert de l’OMS sur la tuberculose. "Actuellement, la baisse du nombre de cas de tuberculose pour 100 000 habitants est de 2% par an sur le plan mondial, alors qu’il faudrait une baisse de 5 à 10% par an pour atteindre l’objectif de 2030 de l’OMS", affirme Pierre-Yves Norval, cité par Radio France. MICHELE SPATARI / AFP
28
L’OMS estime à 600 000 le nombre de nouveaux cas présentant une résistance à la rifampicine – le médicament de première intention le plus efficace – dont 490 000 sont des cas de tuberculose multirésistante (tuberculose-MR). "La tuberculose-MR est une forme de la maladie due à un bacille ne réagissant pas à l’isoniazide, ni à la rifampicine, les deux médicaments antituberculeux de première intention les plus efficaces. On peut néanmoins soigner et guérir la tuberculose-MR avec des médicaments de deuxième intention. Ces options thérapeutiques sont toutefois plus limitées et nécessitent une administration de longue durée (jusqu’à deux ans de traitement) de médicaments à la fois chers et toxiques" explique l'OMS.   MICHELE SPATARI / AFP
38
L'OMS ajoute : "Dans certains cas, une résistance plus sévère peut se développer. La tuberculose ultrarésistante (tuberculose-UR) est une forme encore plus grave de tuberculose-MR due à des bacilles ne répondant pas aux médicaments de deuxième intention les plus efficaces, laissant souvent les patients sans aucune autre option thérapeutique. Actuellement dans le monde, seulement 54% des cas de tuberculose-MR et 34% des cas de tuberculose-UR sont traités avec succès." MICHELE SPATARI / AFP
48
"Les formes multirésistantes de tuberculose sont beaucoup plus longues et coûteuses à traiter : alors qu'elles n'ont représenté que 5% des cas en 2015, elles ont mobilisé environ un tiers des ressources disponibles pour lutter contre la maladie" précise l'AFP. Mais grâce à un nouveau remède, approuvé en août 2019 par la Food and Drug Administration (FDA), l'agence sanitaire fédérale américaine, neuf personnes sur dix ont été guéries sur les 109 patients testés en Afrique du Sud, après six mois de traitement et six mois de suivi thérapeutique. MICHELE SPATARI / AFP
58
"Le traitement habituel de la tuberculose résistante aux antibiotiques peut prendre de 18 à 24 mois. Avec des piqûres quotidiennes pendant six mois, qui sont extrêmement douloureuses. Cela fait une différence considérable", souligne Pauline Howell, l'une des responsables des essais cliniques à l'hôpital Sizwe de médecine tropicale à Johannesburg à l'AFP. MICHELE SPATARI / AFP
68
Le cocktail du nouveau traitement, consiste en la prise de seulement cinq comprimés, associant trois médicaments (bédaquiline, linezolide et pretomanide), pendant six mois. En regard des 30 à 40 gélules quotidiennes que les patients doivent prendre avec l'ancien traitement et pendant une durée beaucoup plus longue, le confort acquis est incomparable pour les malades. MICHELE SPATARI / AFP
78
Lors de son suivi médical avec le docteur Pauline Howell, le patient Nxumalo exprime sa satisfaction face aux nouveaux médicaments : "Avec l'ancien traitement, je serais déjà en train de vomir, avec celui-ci, c'est tellement plus facile". MICHELE SPATARI / AFP
88
Ce que confirme le styliste sud-africain Innocent Molefe. En 2015, il avait appris être atteint de tuberculose. Trois ans plus tard, la maladie est devenue multirésistante, nécessitant un traitement à base de piqûres douloureuses et de nombreux cachets. Mais grâce à ce nouveau traitement, il est aujourd'hui guéri et a pu reprendre son travail. Actuellement en convalescence chez sa tante à Soweto, il confie à l'AFP : "Je suis la preuve vivante qu'on peut vaincre la tuberculose. Je peux même danser jusqu'au bout de la nuit !" MICHELE SPATARI / AFP
Vous êtes à nouveau en ligne