Les talibans acceptent un cessez-le-feu pour le ramadan, une première depuis 2001

Les forces de sécurité afghanes patrouillent, le 19 mai 2018, dans la ville de Farah, reprise aux talibans.
Les forces de sécurité afghanes patrouillent, le 19 mai 2018, dans la ville de Farah, reprise aux talibans. (HAMEED KHAN / AFP)

Cette annonce fait suite aux déclarations du président afghan, Ashraf Ghani, qui avait annoncé jeudi un cessez-le-feu unilatéral avec les talibans.

Les talibans ont annoncé, samedi 9 juin, trois jours de cessez-le-feu avec les forces afghanes, pour la fin du ramadan, une première depuis 2001. Cette annonce intervient deux jours après l'annonce d'un cessez-le-feu unilatéral par le président afghan, Ashraf Ghani.

Les talibans ont toutefois ajouté, dans un communiqué, qu'ils continueraient leurs opérations contre les "forces occupantes" étrangères dans le pays et qu'ils se défendraient "avec virulence" s'ils sont attaqués. Quelques heures avant que les insurgés n'acceptent ce cessez-le-feu temporaire, dix-neuf policiers ont été tués dans l'attaque de leur base samedi à l'aube par les talibans dans le nord de l'Afghanistan, ont indiqué des responsables afghans.

Une fatwa contre le terrorisme

Jeudi, le président afghan Ashraf Ghani avait annoncé un cessez-le-feu unilatéral avec les talibans mais pas avec le groupe Etat islamique. Il doit commencer, avait-il précisé, le "27e jour du ramadan (mardi) et se poursuivra jusqu'au cinquième jour de l'Aïd-el-Fitr", censé commencer en fin de semaine prochaine, ce qui signifierait qu'il pourrait s'étendre du 12 au 19 juin. 

Ashraf Ghani avait expliqué que son offre, inédite à l'occasion d'une fête religieuse, était consécutive "à la fatwa historique des oulémas afghans", qui ont décrété lundi le terrorisme contraire à l'islam. Ce jour-là, 3 000 oulémas de tout le pays se sont réunis pour publier une fatwa déclarant les attaques-suicide "haram" (interdites) et recommandant un cessez-le-feu aux belligérants. Une heure après la publication de cette fatwa, en direct à la télévision, un kamikaze se revendiquant du groupe Etat islamique se faisait exploser à l'entrée de la tente où se tenait l'assemblée des religieux, faisant sept morts.

Vous êtes à nouveau en ligne