Afghanistan : les réponses de Maryse Burgot, grand reporter à France Télévisions, à vos questions sur ses reportages

Un taliban, armé, surveille l\'entrée d\'un hôpital qui prend en charge les blessés après une explosion à Kaboul (Afghanistan), le 3 octobre 2021.
Un taliban, armé, surveille l'entrée d'un hôpital qui prend en charge les blessés après une explosion à Kaboul (Afghanistan), le 3 octobre 2021. (HOSHANG HASHIMI / AFP)

Maryse Burgot a été l'envoyée spéciale de France Télévisions pendant deux semaines en Afghanistan. Elle répond à vos questions, mercredi 13 octobre, dès 14 heures.

De Kaboul, la capitale, à Kandahar, Maryse Burgot a multiplié ces derniers jours les reportages sur les conditions de vie en Afghanistan depuis l'arrivée au pouvoir des talibans. De retour en France, elle a répondu pendant une heure à vos questions dans le live de franceinfo.fr, mercredi 13 octobre. 

La résistance des femmes. Elles sont les premières victimes depuis la prise de pouvoir des fondamentalistes afghans. Interdiction de travailler, d'étudier, de se maquiller, autant d'interdits que bravent certaines femmes au risque de leur vie.

Une famille obligée de vendre un enfant. Un grand nombre d'Afghans démunis fuient les campagnes afin de rejoindre la capitale dans l'espoir de trouver un travail. Parfois, la misère les pousse à l'insoutenable. Dans l'un de ses reportages, Maryse Burgot évoque le cas d'une famille, obligée de vendre un bébé de moins de deux mois dans la capitale afghane pour pouvoir nourrir ses autres enfants. 

Un risque de famine selon l'ONU. Près de la moitié de la population afghane dépend de l'aide humanitaire. Depuis l'arrivée des talibans, cette aide n'arrive plus et la famine s'étend. Les premiers touchés sont les enfants. Conséquence : les inscriptions dans les écoles se multiplient, non pas pour étudier, mais parce que des repas gratuits sont distribués aux élèves.

Vous êtes à nouveau en ligne