Afghanistan : des renforts très attendus dans la province du Helmand, contrôlée à 80% par les talibans

Le Camp Bastion, ici en 2015, situé dans la province afghane du Helmand, accueille depuis avril 2017, 300 Marines américains.
Le Camp Bastion, ici en 2015, situé dans la province afghane du Helmand, accueille depuis avril 2017, 300 Marines américains. (MAXPPP)

Le président américain a ouvert la voie à un renforcement militaire américain en Afghanistan, où des renforts sont particulièrement espérés dans la province du Helmand, contrôlée à 80% par les insurgés talibans. 

En Afghanistan, depuis le retrait partiel des troupes étrangères en 2014, les talibans ont gagné du terrain, en particulier dans le Helmand, une province du sud du pays où l'essentiel de l'opium afghan est produit. Environ 300 Marines américains y ont fait leur retour en avril dernier pour entraîner et conseiller les forces de sécurité afghanes. Donald Trump ayant choisi de poursuivre l'engagement militaire américain en Afghanistan, des renforts sont particulièrement attendus sur la base de Camp Bastion, situé près Lashkar-Gah, la capitale du Helmand. 

Le reportage de Sonia Ghezali au Camp Bastion dans la province afghane du Helmand
--'--
--'--

Un hélicoptère se pose dans la zone réservée à l'entraînement. Ses hélices continuent de tourner soulevant des nuages de poussière, alors que deux hommes en treillis, transportent une civière. L'exercice est réussi pour Maiwand, un jeune homme ayant intégré l'armée il y a neuf mois, en tant qu'agent médical. "Mon rôle est de soigner les blessés le plus rapidement possible. Avec cet entraînement, je me perfectionne pour être plus efficace", déclare-t-il. Les blessés revenant du front sont transportés à l'hôpital militaire de la base. Il a accueilli 1 800 patients l'année dernière, 700 depuis janvier 2017, ce qui en fait l'établissement de santé recevant le plus de blessés dans le pays. 

Des renforts pour accélérer les progrès

 Dans la province du Helmand, il ne reste plus que deux districts sur 14 sous le contrôle des forces gouvernementales. Pourtant, des progrès ont été réalisés sur le terrain, affirme le général Roger Turner, à la tête des troupes de l'OTAN dans le Helmand. "Avec les troupes actuelles que nous avons ici nous avons pu réaliser d'assez bons progrès. Avec davantage de soldats étrangers pour conseiller, on pourrait progresser plus rapidement. C'est qu'on attend de la nouvelle stratégie qui a été annoncée", déclare-t-il. "On espère que les forces supplémentaires nous permettront d'améliorer les compétences de nos partenaires afghans et d'accélérer nos progrès sur le terrain", ajoute le général Turner.

Reste à savoir si parmi les soldats américains supplémentaires qui seront envoyés prochainement en Afghanistan, certains rejoindront la province du sud du pays, considérée comme le fief des insurgés talibans.  

Vous êtes à nouveau en ligne