Meurtre de Montigny-les-Metz : comparution en justice de Francis Heaulme

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

En Moselle, c'est sans doute le procès de la dernière chance, 28 ans après le double meurtre des enfants de Montigny-lès-Metz. L'affaire avait défrayé la chronique et coûté plus de 11 ans de prison à Patrick Dills, aujourd'hui innocenté. Deux enfants assassinés le long de la voie ferrée. Cette fois, c'est le tueur en série Francis Heaulme qui comparait. La mère de Cyril tient beaucoup à ce 4e procès. Depuis 1986, ce double crime fait la Une des journaux mais la justice n'est toujours pas parvenue à fermer le dossier. On ne peut pas oublier ça! Même 27 ans après, je suis toujours en train de penser à lui. Il aurait 36 ans. Dimanche 28 septembre 86 :2 enfants de 8 ans, Cyril et Alexandre jouent près des voies ferrées à Montigny-Iès-Metz. Peu avant 20H, leurs corps sans vie sont retrouvés, mortellement frappés à la tête avec des pierres. 6 mois plus tard, les policiers s'intéressent à un jeune de 16 ans qui habite à quelques mètres du lieu du crime. En garde à vue, Patrick Dills avoue tué les deux enfants. En 1989, Il est condamné en 2001 à 25 ans de prison, il est finalement acquitté à Lyon en 2002. Il est innocenté après 15 ans de prison. Il y a un doute sur la présence sur les lieux à l'heure du crime, les soupçons se portent sur un 2e homme : Francis Heaulme. Aujourd'hui, Patrick Dils a quitté la région. A 42 ans, il est marié, père d'un enfant. Il se considère comme un miraculé de la justice. A un moment, on se dit que c'est quelqu'un d'autre, Francis Heaulme à l'époque. Sans ça, je serais encore derrière les barreaux en train de clamer mon innocence. J'espère que ce procès mettra un point final. Pour moi et pour les familles des victimes. Francis Heaulme, surnommé le "routard du crime". Depuis 1994, il a été jugé pour 9 meurtres. A Quimper, Draguignan, Nancy, Reims, soit 7 condamnations, dont deux à perpétuité. Mis en examen en 2006 dans le dossier de Montigny, Heaulme bénéficie d'un non-lieu un an plus tard. La justice baisse les bras. Nous ne pouvons que constater, hélas, l'insuffisances des charges susceptibles de peser à l'encontre de Francis Heaulme. Huit ans plus tard, la justice se ravise, se basant sur des confidences qu'il aurait faites a des tiers sur le double crime: Heaulme est renvoyé aux assises. Chaque famille de victime a son intime conviction. Pour la grand-mère d'Alexandre, Heaulme est innocent. D'ailleurs, il le lui a dit en face, lors d'une reconstitution. "lls veulent me coller ça sur le dos", m'a-t-il dit. "Ce n'est pas moi qui a tué les enfants. Je suis un tueur, J'ai avoué tous mes crimes, mais j'ai pas tué les deux enfants". Moi, ça m'a suffit. Pour les gendarmes, ce double crime porte la quasi signature criminelle d'Heaulme, autrement dit, des similitudes avec les autres meurtres qu'il a commis. Pour son avocat, la justice se trompe une nouvelle fois de coupable. N'importe qui peut se dire, il en a fait pas mal, Il peut peut-être avoir fait celui-là. Mais la justice ne peut fonctionner avec des extrapolations. 11 ans se sont écoulés entre le 3e et le 4e procès. Les pièces à conviction ont été détruites en 1995.

En Moselle, c'est sans doute le procès de la dernière chance, 28 ans après le double meurtre des enfants de Montigny-lès-Metz. L'affaire avait défrayé la chronique et coûté plus de 11 ans de prison à Patrick Dills, aujourd'hui innocenté.

Deux enfants assassinés le long de la voie ferrée. Cette fois, c'est le tueur en série Francis Heaulme qui comparait.

La mère de Cyril tient beaucoup à ce 4e procès. Depuis 1986, ce double crime fait la Une des journaux mais la justice n'est toujours pas parvenue à fermer le dossier.

On ne peut pas oublier ça! Même 27 ans après, je suis toujours en train de penser à lui. Il aurait 36 ans.

Dimanche 28 septembre 86 :2 enfants de 8 ans, Cyril et Alexandre jouent près des voies ferrées à Montigny-Iès-Metz. Peu avant 20H, leurs corps sans vie sont retrouvés, mortellement frappés à la tête avec des pierres. 6 mois plus tard, les policiers s'intéressent à un jeune de 16 ans qui habite à quelques mètres du lieu du crime. En garde à vue, Patrick Dills avoue tué les deux enfants. En 1989, Il est condamné en 2001 à 25 ans de prison, il est finalement acquitté à Lyon en 2002. Il est innocenté après 15 ans de prison. Il y a un doute sur la présence sur les lieux à l'heure du crime, les soupçons se portent sur un 2e homme : Francis Heaulme. Aujourd'hui, Patrick Dils a quitté la région. A 42 ans, il est marié, père d'un enfant. Il se considère comme un miraculé de la justice.

A un moment, on se dit que c'est quelqu'un d'autre, Francis Heaulme à l'époque. Sans ça, je serais encore derrière les barreaux en train de clamer mon innocence. J'espère que ce procès mettra un point final. Pour moi et pour les familles des victimes.

Francis Heaulme, surnommé le "routard du crime". Depuis 1994, il a été jugé pour 9 meurtres. A Quimper, Draguignan, Nancy, Reims, soit 7 condamnations, dont deux à perpétuité. Mis en examen en 2006 dans le dossier de Montigny, Heaulme bénéficie d'un non-lieu un an plus tard. La justice baisse les bras.

Nous ne pouvons que constater, hélas, l'insuffisances des charges susceptibles de peser à l'encontre de Francis Heaulme.

Huit ans plus tard, la justice se ravise, se basant sur des confidences qu'il aurait faites a des tiers sur le double crime: Heaulme est renvoyé aux assises. Chaque famille de victime a son intime conviction. Pour la grand-mère d'Alexandre, Heaulme est innocent. D'ailleurs, il le lui a dit en face, lors d'une reconstitution.

"lls veulent me coller ça sur le dos", m'a-t-il dit. "Ce n'est pas moi qui a tué les enfants. Je suis un tueur, J'ai avoué tous mes crimes, mais j'ai pas tué les deux enfants". Moi, ça m'a suffit.

Pour les gendarmes, ce double crime porte la quasi signature criminelle d'Heaulme, autrement dit, des similitudes avec les autres meurtres qu'il a commis. Pour son avocat, la justice se trompe une nouvelle fois de coupable.

N'importe qui peut se dire, il en a fait pas mal, Il peut peut-être avoir fait celui-là. Mais la justice ne peut fonctionner avec des extrapolations. 11 ans se sont écoulés entre le 3e et le 4e procès. Les pièces à conviction ont été détruites en 1995.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne