Metz : vers un basculement à droite ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La partie s'annonce compliquée pour la majorité. Plus de 100 villes pourraient basculer à droite. C'est le cas de Metz par exemple, où le maire sortant est menacé. Pour l'emporter, l'opposition devra composer avec la présence du FN. Une ministre qui fait du porte-à-porte, l'image témoigne de l'enjeu très serré de ce second tour à Metz. Bonjour, je suis la ministre de la Culture, je suis avec le maire. On est en tête. Il faut revoter dimanche. Bonjour, c'est serré c'est pour cela qu'il faut aller voter dimanche. Une débauche d'énergie pas toujours payante. Cela ne va pas du tout m'influencer en aucun cas. La ministre de la Culture est 2e sur la liste du maire sortant. Etre membre dans l'actuel gouvernement est-il un plus. Le score du premier tour a montré que je n'étais pas un boulet. La droite pensait avoir toutes ses chances de reprendre la ville qu'elle a géré pendant 40 ans. C'était sans compter sur le score élevé du FN. L'insécurité est un gros souci à Metz. C'est un souci très grave. On agit pas par peur. La candidate UMP tente de rassembler les voix de droite. Ne dispersez pas vos voix. La candidate frontiste n'est pas inquiétée.

La partie s'annonce compliquée pour la majorité. Plus de 100 villes pourraient basculer à droite. C'est le cas de Metz par exemple, où le maire sortant est menacé. Pour l'emporter, l'opposition devra composer avec la présence du FN.

Une ministre qui fait du porte-à-porte, l'image témoigne de l'enjeu très serré de ce second tour à Metz.

Bonjour, je suis la ministre de la Culture, je suis avec le maire.

On est en tête.

Il faut revoter dimanche.

Bonjour, c'est serré c'est pour cela qu'il faut aller voter dimanche.

Une débauche d'énergie pas toujours payante.

Cela ne va pas du tout m'influencer en aucun cas.

La ministre de la Culture est 2e sur la liste du maire sortant. Etre membre dans l'actuel gouvernement est-il un plus.

Le score du premier tour a montré que je n'étais pas un boulet.

La droite pensait avoir toutes ses chances de reprendre la ville qu'elle a géré pendant 40 ans. C'était sans compter sur le score élevé du FN.

L'insécurité est un gros souci à Metz. C'est un souci très grave.

On agit pas par peur.

La candidate UMP tente de rassembler les voix de droite.

Ne dispersez pas vos voix.

La candidate frontiste n'est pas inquiétée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne