VIDEO. Les sans-abris démunis face à la vague de froid

B. DELOMBRE / FRANCE 3

Les villes de Paris, Lyon, Calais ou Poitiers ont augmenté leurs capacités d'hébergement des sans-abris, mais il faudrait de nombreuses places supplémentaires.

En cette période de grand froid, le Samu social tente d'offrir un peu de réconfort aux sans-abris de Compiègne (Oise), où le thermomètre affiche -1°C. "Je ne dormais pas de la nuit", explique Martin Bailleul à France 3. Le jeune SDF, dans la rue depuis six ans déjà, vient de recevoir la visite de Michèle Ronne, une salariée du Samu social, qui essaye de l'aider comme elle peut : "On passe voir les gens, on leur demande comment ça va, on leur donne à manger", explique-t-elle.

Des places supplémentaires ouvertes

Dans toute la France, ils sont des milliers de sans-abris à souffrir des températures hivernales. A Nantes (Loire-Atlantique), aucun lieu d'accueil de jour n'est ouvert le dimanche. "La journée on fait la manche ou on marche, on attend que le temps passe", raconte un SDF installé dans la ville. Le seul endroit de réconfort, qui offre le petit-déjeuner aux sans-abris, a vu sa fréquentation exploser avec le froid.

Les villes de Paris, Lyon, Calais ou Poitiers ont bien augmenté leurs capacités d'hébergement des SDF, avec des centaines de places supplémentaires, dimanche 28 décembre. Mais il en faudrait beaucoup plus : en novembre, 9 000 sans-abris étaient encore sans solution d'hébergement d'urgence.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne