Bretagne : l'arrêté de catastrophe naturelle sera étendu à d'autres communes

Des membres des secours viennent en aide à une habitante de Quimperlé (Finistère) alors que la ville est sous les eaux, le 7 février 2014.
Des membres des secours viennent en aide à une habitante de Quimperlé (Finistère) alors que la ville est sous les eaux, le 7 février 2014. (FRANK PERRY / AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, l'a annoncé, mardi alors que la région se remet peu à peu des tempêtes Qumaira et Petra.

Alors que la Bretagne se remet peu à peu des tempêtes Qumaira et Petra, le ministre de l'Intérieur a affirmé, mardi 11 février, que l'arrêté de catastrophe naturelle sera étendu "sous 15 jours" à d'autres communes de la région. Manuel Valls l'a annoncé devant l'Assemblée nationale, en réponse au député PS Gwenegan Bui.

Début février, l'arrêté de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle avait été publié au Journal Officiel pour des communes des Alpes-Maritimes, du Var, du Finistère et d'Ille-et-Vilaine après des inondations survenues en décembre et janvier.

"Le plus vite rapidement possible", promet le gouvernement

Dans le Finistère, 22 communes sont concernées par cet arrêté pour des dégâts dus aux inondations et au "choc mécanique lié à l'action des vagues" fin décembre et début janvier. En Ille-et-Vilaine, 10 communes sont concernées pour des dégâts dus aux inondations de fin décembre et début janvier.

Manuel Valls a rappelé que le gouvernement a fait "en sorte que l'état de catastrophe naturelle soit déclaré le plus rapidement possible" comme s'y était engagé le Premier ministre.

Vous êtes à nouveau en ligne