Naufrage d'un bateau de la SNSM : "Ce n’était pas un casse-cou", témoigne l'épouse du pêcheur disparu

Des sauveteurs autour de la navette de la SNSM naufragée, sur la côte des Sables-d\'Olonne (Vendée), le 7 juin 2019. 
Des sauveteurs autour de la navette de la SNSM naufragée, sur la côte des Sables-d'Olonne (Vendée), le 7 juin 2019.  (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Pour venir en aide à Tony Guibert, des sauveteurs de la SNSM ont pris la mer et trois d'entre eux sont morts noyés. Evelyne Guibert, son épouse, donne sa version des faits à France 2. 

"Mon mari a commencé à travailler comme marin-pêcheur à l’âge de 15 ans. Il connaissait parfaitement le métier et la région". Evelyne Guibert, l'épouse du pêcheur disparu en mer au large des Sables-d'Olonne (Vendée) témoigne pour la première fois auprès de France 2 par téléphone, dimanche 9 juin. C'est pour venir en aide à ce dernier que trois sauveteurs de la SNSM sont partis en mer et sont morts noyés, vendredi.

"Lorsqu’il est parti vendredi matin à 6 heures, j’étais avec lui. Il n’y avait pas de tempête. La gendarmerie maritime, qui m'a convoquée, m'a confirmé qu'il n'y avait pas de tempête à ce moment-là. Quand il est parti, il a même croisé un bateau qui rentrait au port, donc on pouvait naviguer", affirme Evelyne Guibert. "Il m'a dit qu'il voulait rentrer avant 10 heures; avant que la tempête ne se lève" avant d'assurer : "Ce n’était pas un casse-cou".

"Il continuait à pêcher très régulièrement"

D'après elle, Tony Guibert "a longtemps fait les campagnes de pêche en Ouest Irlande pour un patron". "Retraité, il continuait à pêcher très régulièrement", raconte-t-elle avant d'affirmer que vendredi, il avait pris la mer "juste pour faire deux coups de chalut".

Soucieuse de défendre son époux disparu, Evelyne Guibert s'étonne de la décision du centre régional opérationnel de secours de sauvetage d'avoir envoyé un bateau. "Quand on voit le bateau des sauveteurs qui date de 1986, alors que leur nouveau bateau était en réparation. Pourquoi ils ont envoyé ce bateau et non pas un hélicoptère", affirme-t-elle. 

Evelyne Guibert tient également à adresser ses condoléances et toute sa solidarité aux familles des victimes.

Vous êtes à nouveau en ligne