"C’est les meilleurs de nous-mêmes qui étaient en mer" : tristesse et incompréhension aux Sables-d'Olonne après le naufrage de la vedette de la SNSM

Des officiers amarrent l\'épave de la vedette de la SNSM le 7 juin 2019 sur une plage des Sables d\'Olonne.
Des officiers amarrent l'épave de la vedette de la SNSM le 7 juin 2019 sur une plage des Sables d'Olonne. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Les Sablais sont encore abasourdis par ce drame qui a coûté la vie à trois sauveteurs. 

De nombreuses personnes sont venues voir de leurs yeux le canot de sauvetage de la SNSM échoué sur la côte des Sables-d'Olonne (Vendée). Vendredi 7 juin, en pleine tempête Miguel, cette navette de la SNSM est partie secourir un chalutier en détresse, avec sept sauveteurs à son bord. Trois d'entre eux sont morts et le propriétaire du bateau de pêche est toujours porté disparu. Les rechereches ne reprendront pas a annoncé la préfecture maritime de l'Atlantique à France Bleu Loire-Océan.

Sa coque verte est retournée, échouée sur un amas rocheux. On peut lire SNS 061 peint en lettres blanches sur la coque. Autour de l’épave, de nombreux débris. Les vagues sont encore grosses, le vent est violent et les habitants, très touchés. "C’est incompréhensible, dit l'un d'eux. C’est dur de trouver des mots." Un autre habitant renchérit : "Ça touche tout le monde."

La douleur et le deuil

Incompréhension et interrogations se mêlent immédiatement. Comment un bateau de sauvetage réputé insubmersible a-t-il pu se retourner ?  "Apparemment il y a eu plein d’eau qui est tombé dessus et c’est pour ça qu’il est tombé en panne," croit savoir un Sablais. Mais aux Sables-d'Olonne, on se pose  surtout une question : pourquoi ce pêcheur est sorti en mer ? "Celui qui a pris la mer, il avait quelque chose qui est pas net" affirme Michel. 

Même interrogation pour le maire des Sables-d'Olonne. "Ce marin pêcheur à la retraite est un sablais d’origine, qui pêche ici et qui connaît très bien le secteur" affirme Yannick Moreau. "On est dans la douleur et on est dans le deuil" déclare encore le maire. Extrêmement choqué, il pense d’abord aux familles des victimes, que tout le monde connaissait. "C’est les meilleurs de nous-mêmes qui étaient en mer aujourd’hui pour porter assistance", affirme-t-il. Aujourd’hui les cloches des Sables-d'Olonne retentiront à midi pour leur rendre hommage, et les drapeaux de la ville sont en berne.

Un reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne