Alpes-Maritimes : 21 personnes toujours portées disparues

Dans la vallée de la Roya et de la Vésubie, les habitants sont désormais confrontés à des scènes de désolation. Les secours continuent mardi 6 octobre de rechercher la vingtaine de disparus, mais les espoirs de les retrouver vivants s'amenuisent. La maire de la Bollène-Vésubie (Alpes-Maritimes) se souvient.

Cinq jours après que la tempête Alex a touché les Alpes-Maritimes, difficile pour Martine Barengo-Ferrier, maire de la Bollène-Vésubie, d'oublier la journée du vendredi 2 octobre, date à laquelle elle assiste au pire. Elle voit la voiture de deux pompiers volontaires emportée par les flots. "Je sais qu'à chaque fois que je vais passer là, je vais forcément penser aux deux pompiers (…) Je savais que ça allait être très difficile de les secourir parce que c'était un débit tel que ça aurait été de la folie de tenter de les récupérer", avoue-t-elle. Devant ses yeux, la voiture de deux pompiers volontaires en intervention a été emportée par la crue dévastatrice.

La vallée pleure ses disparus

L'un d'entre eux, Loïc, âgé de 31 ans, appartenait à la caserne de Saint-Martin-Vésubie, détruite par la tempête Alex. Il venait d'avoir un enfant. "On s'est croisés deux-trois fois dans la journée, on s'est dit quelques blagues. Ils ont disparu pour nous, pour aider des gens. Et pour faire ça, il leur arrive un drame dans leur famille, c'est affreux", décrit un ami à lui. Quatre jours après les terribles intempéries, la vallée de la Vésubie pleure l'enfant du pays et son coéquipier, toujours portés disparus. En tout, huit personnes sont toujours recherchées, treize autres n'ont plus donné signe de vie depuis la tempête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne