Séisme dans l'Ouest : "Ce tremblement de terre fait clairement partie des plus importants enregistrés dans cette région"

Un technicien du Réseau National de Surveillance Sismique (RENASS) de Strasbourg, le 24 février 2004.
Un technicien du Réseau National de Surveillance Sismique (RENASS) de Strasbourg, le 24 février 2004. (OLIVIER MORIN / AFP)

Une secousse de magnitude 5,2, dont l'épicentre se situe entre Cholet et Saumur, a été enregistrée un peu avant 9 heures vendredi.

Il était 8h50, vendredi 21 juin, lorsque les habitants du Maine-et-Loire ont ressenti de vives secousses pendant près d'une minute. "J'étais à mon bureau à l'étage et puis le bureau a tremblé", raconte un Charentais à France Bleu"Dans la chambre, un tableau s'est un peu déplacé", témoigne un autre à la radio. Un séisme d'une intensité peu courante de magnitude 5,2 sur l'échelle de Richter, dont l'épicentre est situé dans le Maine-et-Loire, a été ressenti de la Bretagne à l'Aquitaine. Un tremblement de terre de cette magnitude est observé en moyenne "tous les 4 ou 5 ans" en France métropolitaine, "mais avec une certaine variabilité", explique à franceinfo Jérôme Vergne, sismologue à l'Ecole et observatoire des sciences de la Terre (EOST) à l'université de Strasbourg.

Franceinfo : Que s'est-il passé ce matin ?

Jérôme Vergne : A 8h50, un séisme s'est produit dans le Maine-et-Loire, entre Cholet et Saumur, qu'on estime à magnitude de 4,9, selon une échelle similaire à l'échelle de Richter. Il fait clairement partie des plus importants enregistrés dans cette région. On a toutefois eu des événements d'une magnitude proche, quoique inférieure. Le dernier séisme en date dans la même région remonte à février 2018 et était de magnitude 4,8. 

On a eu des ressentis dans tout le département avec des ressentis jusqu'à Caen dans le nord et Bordeaux dans le sud. Localement, le ressenti de la population est modéré voire fort par endroits.

Il y a quelques légers dommages dans la zone épicentrale.Jérôme Vergneà franceinfo

Le séisme a été très largement ressenti par la population. Sur le site Franceseisme.fr, on a rassemblé plus de 1 200 témoignages et on incite toutes les personnes qui ont ressenti le séisme à témoigner pour aider les scientifiques.

Est-ce inédit pour la région ?

Dans tout l'ouest de la France, on enregistre très régulièrement des petits séismes : on en compte un à deux par jours mais de magnitude très faible donc il n'y pas de ressenti.

On est dans une région qui présente un certain risque sismique, d'un risque faible à moyen, selon les endroits.Jérôme Vergneà franceinfo

En mars dernier, en Charente-Maritime, un séisme d'une magnitude de 4,9 a été ressenti jusqu'à 250 km de l'épicentre, jusqu'à Poitiers et à Clermont-Ferrand. Historiquement dans tout l'ouest de la France, on a eu des tremblements de terre important. On est capable d'évaluer l'ampleur des séismes depuis 1 000 ans : on en recense plusieurs d'une magnitude entre 5 et 6.

Tout l'ouest de la France compte un ensemble de failles tectoniques, datant d'il y a plus de 300 millions d'années. La plus connue est la faille sud-armoricaine qui va de l'ouest de la Bretagne au bassin parisien. Ce sont des zones de faiblesse de la croûte terrestre où se produisent les séismes. Elle est toutefois faiblement active. Les séismes en Bretagne sont principalement causés par un frottement dû aux plaques tectoniques européenne et africaine qui se rapprochent l'une de l'autre inexorablement. Mais ce n'est qu'une hypothèse : on en cherche encore l'origine.

Doit-on s'attendre à d'autres secousses ?

On peut encore avoir des répliques dans les heures et même les jours qui viennent. Des collègues à Nantes vont installer des sismomètres dans la région pour mieux comprendre et anticiper les éventuelles répliques. Généralement, elles sont d'une magnitude plus faible et s'espacent dans le temps. Mais les statistiques montrent quelques contre-exemples.

Vous êtes à nouveau en ligne