Indonésie : les autorités lancent un urgent appel à l'aide humanitaire après le séisme dévastateur à Aceh

Des habitants marchent dans les décombres d\'habitations après un violent séisme à Aceh, en Indonésie, le 7 décembre 2016.
Des habitants marchent dans les décombres d'habitations après un violent séisme à Aceh, en Indonésie, le 7 décembre 2016. (JUNAIDI HANAFIAH / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les médicaments et la nourriture manquent dans la région d'Aceh. Les hôpitaux sont submergés par les arrivées de centaines de blessés.

Des responsables ont lancé, jeudi 8 décembre, un appel à l'aide pour soigner les centaines de personnes blessées lors d'un séisme survenu mercredi à Aceh (Indonésie). La secousse de magnitude 6,5 a fait au moins 102 morts et plus de 700 blessés, selon un bilan provisoire de l'Agence nationale des catastrophes.

Les fournitures médicales et d'autres produits de base manquent dans cette région mal équipée. Les hôpitaux, submergés par l'arrivée des centaines de blessés, ont un besoin urgent de médicaments et de personnel soignant. "Nous avons besoin de chirurgiens et d'orthopédistes car les victimes souffrent de fractures", a précisé le chef adjoint du district de Pidie Jaya, proche de l'épicentre.

Les recherches de survivants se poursuivent

Des tentes de secours ont été érigées pour les sans-abri, mais les autorités locales manquent de moyens pour prendre en charge les 4 000 personnes évacuées. "Ils ont vraiment besoin de nourriture, d'eau potable, de médicaments et de couvertures", a affirmé le responsable local de l'Agence des catastrophes.

Des milliers de soldats et de secouristes restent mobilisés, jeudi matin, dans cette province située au nord de l'île de Sumatra, pour tenter de retrouver des survivants. "Notre priorité aujourd'hui est de vérifier à nouveau tous les bâtiments pour nous assurer que plus personne n'est coincé, et d'aider les réfugiés", a expliqué un porte-parole de l'Agence nationale des catastrophes. La séisme a détruit des centaines de maisons, de mosquées et d'échoppes dans la province d'Aceh, déjà touchée par un tsunami meurtrier en 2004.